un peu de glace

Les voyages en avion surpeuplé resteront toujours l’insupportable épreuve qui précède chaque nouvelle étape vers l’inconnu… Entre Paris et Moscou, je suis tombé sur un lecteur de mes blogs qui partait rejoindre une amoureuse du bout du monde rencontrée quelque part pendant une expédition motocycliste ; encore un qui n’a pas choisi la facilité sentimentale. On a discuté un peu à l’escale et puis il est reparti vers un autre terminal pour s’envoler rejoindre sa chérie près de la Géorgie, enfin juste à côté, mais la rime est plus jolie avec Géorgie…

Arrivé à Magadan après une minable nuit amputée des deux tiers, j’ai retrouvé Evgeniy qui avait pris le temps de venir m’accueillir. Pas de bagage égaré ni de tempête de neige, il ferait presque doux au soleil, une bonne petite canicule à zéro degré, mais j’ai un peu mal partout, les nuits en version contorsionniste, ça ne sied pas aux vieux os.

Le lendemain matin, je suis allé marcher au bord de la mer gelée, regarder le soleil briller sur les vagues figées, me reconnecter à la fin de l’hiver sibérien en regardant au loin les pêcheurs devant leurs petits trous dans la glace…

Je vais devoir remettre la moto en service mais juste pour tester, changer l’huile et les câbles.

Evgeniy m’a sans doute trouvé un camion pour dans quelques jours. Je ne suis pas certain de pouvoir voyager dans la cabine, on m’expliquera tout ça bientôt.

Pour patienter, un peu miné par le décalage et l’incertitude, je m’offre des cavalcades d’insomnies en attendant la suite…

One thought on “un peu de glace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*