In&motion : la moto en mode 3.0


Motoculture

Etant un des 500 motards retenus pour tester le gilet airbag de In&motion, je vais partager avec vous cette expérience durant les prochains mois. Pour commencer, quelques explications.

In&motion : la french tech from Annecy
In&motion est une start-up de la pépinière d’entreprise Galileo, à Chavanod, du côté d’Annecy (Haute-Savoie). Elle travaille depuis 3 ans au développement de solutions d’airbag pour le ski (avec l’équipe de France de ski-cross), pour l’équitation et, plus récemment, pour la moto.

In&motion équipe actuellement quelques pilotes de MotoGP, dont Jonas Folger chez Tech3, en partenariat avec Ixon pour les combinaisons, autre marque française comme son nom ne l’indique pas. In&motion et Ixon, c’est “french David” contre les Goliath italiens que sont Dainese et Alpinestar. Pas de complexe pour les frenchies, d’ailleurs In&motion a été doublement primée au dernier CES de Las Vegas, le salon de la high tech le plus en vu au monde.

Vous l’avez compris, on est dans l’entreprise innovante avec son vocabulaire inventif (et anglais, c’est une future “world company” !) et ses pratiques décalées. Il va falloir donc vous mettre à jour, car c’est la moto 2.0 (3.0 ?) dont il est question.

Le gilet airbag In&motion

In&motion a conçu un gilet airbag autonome (sans liaison avec la moto), à porter sous la veste ou le blouson, comme une dorsale classique. Il dispose d’un module électronique détachable, l’In&box intégrant un GPS et une batterie rechargeable via un port micro USB (tel. portable).

Hors fonctionnement de l’airbag (batterie vide par exemple), le gilet fait office de dorsale homologuée niveau 1. Une évolution pour une classification en niveau 2 est en cours d’étude.
Je reviendrai plus longuement par la suite la description du gilet et son fonctionnement, en attendant, vous pouvez avoir un aperçu sur le site internet du fabricant.

The European Insiders (les testeurs européens)
Fin 2016, In&motion a lancé une campagne auprès de la communauté motarde européenne pour sélectionner, parmi les 10000 candidats, 500 motards testeurs, pardon, “insiders”. Un gilet de présérie est prêté à chaque motard, pour une durée de 6 mois environ. La méthode est innovante et probablement assez coûteuse, bien qu’on ne nous paye pas !

Tester un airbag, est-ce une bonne idée ?
Passée la joie d’avoir été choisi, le doute a commencé à s’installer en moi, durant les semaines d’attente. Finalement, est-ce une bonne idée de tester un gilet airbag de présérie ? Ne va-t-il pas se déclencher lorsque je vais éternuer ou passer sur un dos d’âne ? A contrario, si je m’en prend une bonne (ou mauvaise), va-t-il bien se déclencher ? Et puis, ils attendent quoi de moi ? Que je chute ou que j’emplafonne un bus pour voir si l’airbag fonctionne bien ?

Objectifs de la campagne
Les réponses à ces questions existentielles (ben oui, quoi, c’est ma vie qui est en jeu), je vais les avoir lors de la remise du gilet, pour ma part, fin juin aux JNMM à Fontainebleau, où In&motion avait un stand.

Il ne s’agit pas de tester l’efficacité ou la fiabilité du déclenchement de l’airbag : l’entreprise dit avoir atteint le niveau nécessaire pour une commercialisation. L’objectif est de recueillir l’avis des insiders sur l’usage : facilité, confort, contraintes, améliorations souhaitées.

Bien sûr, en cas de chute, le comportement de l’airbag sera analysé attentivement, mais, encore une fois, les testeurs n’ont pas été choisis pour leur propension à chuter, mais pour avoir un large panel d’utilisateurs. On a donc des débutants et des confirmés, des commuters (ceux qui font des trajets boulot quotidiens), des grands voyageurs, sur tous types de 2-roues motorisés (2RM). La restriction est sur l’usage : routier uniquement pour le moment, pas de tout-terrain ni de piste dans la phase de test, car les algorithmes de déclenchement sont différents pour ces usages.

Protocole de test
Il n’y a pas d’engagement à rouler tous les jours avec (encore moins à chuter !), mais l’intérêt est de l’utiliser le plus souvent possible dans différentes situations. Les instructions et précautions d’usages ont bien été précisées à la remise du gilet.
Une application à installer sur un PC ou un Mac permet à In&motion de récupérer les données du module à des fins d’analyse. L’équipe In&motion a mis en place plusieurs moyens de communication avec la communauté des Insiders, notamment un groupe fermé Facebook. On y reviendra prochainement.

Premières impressions
Après cette longue introduction, voici mes premières impressions. Le gilet est bien ajusté (il y a plusieurs tailles), et même si on sent le poids dans le dos, ce n’est pas gênant de prime abord. On verra plus tard après de longues ballades. Enfiler le gilet n’est pas plus contraignant que de mettre ma dorsale habituelle sous ma veste textile.

Certes, cela n’améliore pas mon look, avec un côté tortue ninja, même si le gilet n’est pas très épais. Avec mon blouson cuir, je ne portais pas la dorsale séparée, car elle dépasse du blouson, j’utilisais une dorsale dans l’emplacement prévu. Je sais, c’est moins bien, mais bon, des fois, le look prime …

J’ai donc enlevé cette dorsale, mis le gilet et le blouson. Finalement, bien que ce dernier soit plus ajusté que la veste, ça rentre et je ne suis pas mort étouffé. C’est d’ailleurs ce que rapportent les insiders dans le groupe Facebook, ceux qui ont des blousons cuirs utilisent le gilet sans problème. On verra, là aussi, à l’usage.

Rendez-vous dans un mois, avec les premières impressions en roulage, d’autres informations sur le gilet et sur la communauté des Insiders.

Pour en savoir plus sur In&motion : https://www.inemotion.com/fr/airbagrevolution/