500 GPZ ET FORCE GYROSCOPIQUE

Tous le monde connaît l’effet gyroscopique dû à la conservation du moment angulaire… Concernant la moto, les effets gyroscopiques sont au nombre de trois: les deux roues et le vilebrequin. Ces effets permettent au cycle d’acquérir une auto-stabilité bien utile mais ils confèrent une trajectoire rectiligne au mobile et l’empêchent de changer de direction. C’est pour cela qu’au-dessus de 40km/h, il faut pousser sur le guidon dans la direction qui nous intéresse, pour contraindre la force gyroscopique.

C’est là que la GPZ 500 se distingue des autres motos car son moteur tourne en sens inverse de la normale! Au lieu de suivre la rotation des roues, il tourne en sens opposé et son tendeur de chaîne de distribution se situe bien à l’avant du moteur. Ainsi, l’effet gyroscopique du vilebrequin annule en partie l’effet gyroscopique global et facilite grandement la mise sur l’angle. C’est une des motos les plus agiles qui soit et d’une grande vivacité. Son moteur calé à 180 expulse un bruit divin et un kit 520cc existe pour ceux qui en veulent toujours plus. C’est cela le miracle du moment angulaire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>