L’édito du Moto Magazine 352 de novembre 2018

Scabreuse transition

En même temps que le salon parisien de la moto ouvrait ses portes, Paris fermait les siennes à la moto ! Verbalisations à gogo, enlèvements massifs de machines à la porte de Versailles, nouvelles annonces pour bouter les moteurs thermiques hors les murs… Voilà bien une preuve que notre moyen de transport – et notre passion – est totalement déconsidéré par la mairie de la capitale, alors qu’ailleurs, en France et en Europe, des édiles réfléchissent à l’alternative qu’il représente pour fluidifier le trafic urbain et réduire ainsi la pollution atmosphérique. La communauté des motard(e)s va devoir encore réagir pour stopper des initiatives aussi absurdes que socialement discriminatoires.
Dans un autre domaine, celui de l’état des routes, c’est la même limonade ; ou plutôt le même breuvage amer. Trous, saignées, ralentisseurs défoncés, les pièges à deux-roues se multiplient sans cesse. La Fédération française des motards en colère va faire porter un projet de loi devant l’Assemblée nationale pour que la totalité des recettes des radars soit dévolue à l’entretien des routes (lire p. 8). Avec le slogan : « Rendez-nous notre argent ! » C’est plus que jamais le moment de la soutenir…
En attendant, satisfaction quand même lors de ce Mondial du deux-roues, le retour de Peugeot sur le segment moto. En espérant que le contexte ne tue pas le projet dans l’œuf. En 1973, Motobécane lançait son 350 tricylindre 2T en plein choc pétrolier. En 2019, la marque au lion devrait produire deux mignonnes citadines à l’heure où le stationnement urbain risque de devenir payant… Transition écologique ou transition industrielle, le tempo n’est pas vraiment bien choisi…

Jean-Pierre Théodore, rédacteur en chef

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*