De Toulouse à Helsinki etc… J+6+7+ d’un Chat à l’autre

Je vous ai laissés il y a 3 jours à mon arrivée à Stockholm, depuis se sont ajoutés trois capitales (Helsinki, Tallin et Riga) 13h30 de navigation sur deux ferrys (11h30 de Suède en Finlande puis la traversée de la Baltique en 2 petites heures pour rejoindre l’Estonie) et 500 petits kilomètres au compteur de Miss The XJR qui en compte 4000 depuis le départ de Toulouse. Le net étant de nouveau accessible, je reprends la narration là où elle s’était arrêtée.

Stockholm : Je sais que je vais vous étonner mais, en une seule journée, je ne suis pas tombée amoureux de la belle Suédoise. C’est que je ne suis pas un garçon facile et il me faudra y revenir plus longtemps pour la découvrir plus en profondeur tant elle semble malgré tout autrement plus dynamique que ses consœurs scandinaves. Mais cette énergie a ses contreparties : Le bruit (mais tout de même moins qu’une ville à circulation équivalente et assurément moins nauséabonde par une préoccupation notoire de l’environnement avec, par exemple, un grand nombre de véhicules hybrides : taxis en tête), un schéma routier…disons particulier (dont je vous ai parlé au billet précédent et que j’ai contourné en commençant par une visite en bus touristique avant de poursuivre à moto ayant enfin compris les fondamentaux de la topographie locale), l’omniprésence des chantiers de TP (ce que l’on peut comprendre quand on sait que la période de clémence météorologique y est des plus brèves).

Cours d’orientation… bon là pour aller ici faut passer par là… c’est pas gagné…

Elle l’a bien mérité d’être sur la photo, parce que rouler dans le centre de Stockholm, faut se le gagner…

Je ne sais pas ce qu’ils fêtaient mais avec l’odeur que le bahut dégageait je sais que c’est de la bière qu’ils buvaient ! Ceux qui n’étaient pas là étaient sur mon ferry…

Ensuite, le Ferry. L’avantage de la chose, c’est qu’on s’y fait des amis dès la file d’attente. Les tarmos en vadrouille, c’est ainsi, ça ne perd pas de  temps en fioritures ni en préliminaires : Where you come from ? Where you’re going ? Oh yeah ! Quand je vous dis que la route, c’est une philosophie ! On attaque d’entrée par les plus existentielles des questions. Après, on échange nos impressions : Alors le cap Nord, c’était bô ? Oui mais la Norvège, c’est salement cher, t’imagines, un steack frite à 50 roros ? Et toi tu vas chercher ta fille à Helsinki ? Cool ! Et une fois sur le bateau, nous poursuivrons autour d’une bière. Simple et convivial.  A l’arrivée, chacun reprendra son périple sur un simple signe de la main : Salut l’ami ! Mais avant il y a la nuit, celle-là, je m’en souviendrai. Parce que ma cabine, pourtant deux ponts sous la boite de nuit, tremblait sous les assauts de la music techno et les hurlements de la jeunesse « qu’il faut bien qu’elle passe ». Bah, m’empêcher de dormir m’aura permis de tenir compagnie au soleil qui lui aussi, en ce moment, vit ses nuits blanches. Comme disait l’autre : on dormira mieux quand on sera mort…

La confrérie des Tarmos au long cours… Ceux-là qui m’entourent sont colombiens et font une sorte de tour d’Europe sponsorisé pour partie par Yamaha. Sympas et très latinos dans leur exubérance pas franchement nordique !

Le spectacle des piafs de mer qui viennent voir s’il y a quelque chose à grappiller…

Soleil de 22h00 sur la Baltique…

Ensuite, Turku Helsinki 170 kms. Une formalité. Une longue ligne droite bordée de pins et de lacs, de pins et de lacs, de pins et de lacs, de pins et, bref un morceau de Finlande ressemblant à toute la Finlande. Les vrais virolos commencent à me manquer sérieusement et mes pneus vont devenir carré à force de voir leurs flans s’encroûter.

A Helsinki, où il fait près de 30°, ce sont les retrouvailles avec le Chat, le chargement de ses affaires (une partie était rentrée avec nous à Pâques, une autre par colis postal, le reste… ce sont quelques kilos de plus sur mon fier destrier transformé en bardot :

Le chat est récupéré et le périple peut continuer

L’optimisation en matière de chargement…

Notre dernier déjeuner Scandinave pris sur le marché : Friture grillée pour le Chat, saumon pour moi. Question poisson, là-bas, ils en connaissent un rayon !

A partir de là, chaque kilomètre nous rapprochera de Toulouse… Donc re-ferry direction Tallin où nous dormons dans la vieille ville. Malgré l’ampleur du tourisme, les prix y sont dérisoires et le soir nous nous gaverons de blinis géants. Quant à la beauté de cette citée fortifiée, rien ne vaut les photos mais pas trop parce que c’est long à uploader, que la connexion est moyennement rapide et qu’il est tard :

Tallin, c’est très bÔ !

Les églises orthodoxes, j’aime bien, on dirait des gâteaux…

Repas « blinis » majuscules !

Ce matin, nous avons fait nos premiers 330kms sur les routes Baltes qui sont comme celles de Finlande, de longues lignes droites bordées de sapins et autres bois d’arbre… doublé des quantités de camions polonais, vu de nombreuses cigognes, retrouvé le doux stress des radars automatiques et de la présence policière au bord de la route (mais comment font les scandinaves pour survivre sans tout cet arsenal ?), découvert l’étrange et intelligente pratique des autochtones ajoutant une voie supplémentaire en serrant sur le bas-côtés pour permettre aux véhicules d’en face de dépasser même quand on ne le peut pas et fait le plein avec du super95 à 1€27 (si si, c’est possible…) Et enfin nous avons pu passer un après-midi complet ainsi que la soirée à nous balader à pied dans Riga, incontestablement la plus belle ville que j’aie pu voir depuis le commencement de notre périple et dont un chat sur un toit est l’un des symboles, ce qui vous en conviendrez, ne peut que nous la rendre sympathique, à ma fifille et à moi… Demain : Varsovie

Un chat sur un toit… toute une histoire à Riga !

Une vue depuis la tour de l’église Saint-Pierre d’une toute petite partie de Riga en compagnie de Rodolphe, la mascotte du Chat

A une époque, Riga était soviétique… ça se voit

C’est clair, non ?

Ah j’oubliais, je vous présente ma fifille : Chat

One thought on “De Toulouse à Helsinki etc… J+6+7+ d’un Chat à l’autre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*