Un dimanche à Irkustsk

Il faut y aller petit à petit, ne pas s’affoler, prendre son temps…Je n’ai pas de planning touristique à gérer, je retape la moto petit à petit, il a fallu changer le pneu arrière, mais pour le cloutage, il faudra repasser. Je peux prendre mon temps, certes, mais depuis aujourd’hui, la neige fond. Le matin, c’est du moins huit tranquille et l’après midi, plutôt du plus huit. Ce n’est pas désagréable ce petit soleil sibérien, c’est juste un peu prématuré. Après avoir testé mes skis pour moto, sans succès, dans le Cantal en janvier, j’ai voulu affiner dans les Alpes en avril…sur le bas des pistes de Serre Chevalier ce n’était pas très brillant non plus, vaguement prometteur mais il n’y a que moi qui l’avais remarqué. Il aurait fallu encore faire quelques tests mais je suis parti avant, la route quand ça vous prend, on ne peut pas résister. Maintenant, me voilà dans la capitale de la Sibérie, on ne peut pas rêver mieux pour des tests sur neige, sauf qu’ici aussi, il n’y a plus de saison…mais quelle importance ; nous sommes tous partis en balade en famille, sauf le lapin. Le dimanche on va à la datcha, on y prend l’air, on y festoie et on y boit…comment festoyer sans boire, surtout en Russie ? Ensuite bien sûr, on va tous au bania.  Au moins quatre vingt degrés dans la cabane, on transpire des litres, on se fouette avec des feuilles de bouleau ensuite on va se rouler dans la neige et on y retourne… mais attention, en passant, il ne faut surtout pas se frotter à la petite patère en fer, elle est la preuve flagrante qu’il fait vraiment très chaud là dedans, à se demander vraiment comment nos petits corps blafards résistent là où les portes manteaux deviennent des tisonniers ! Le soir venu, on ne rêve que de sommeil de plomb… Finalement, ça ne manque pas de charme, le printemps Sibérien…

One thought on “Un dimanche à Irkustsk

  1. Privièt Ptiliouk,

    Z’ont des machines à pneus maintenant, les Sibériens ? Pffff, de mon temps temps, ils faisaient ça à mains nues, parfois avec les dents (en ferraille, les dents !).

    Bon, je vois que tu prends du bon temps avec des gens sympas, c’est déjà ça. Mais à part ça, il est comment le Baïkal ? C’est encore gelé comme il faut ou bien ça fond déjà ?

    Poka tovaritch,

    Komar le banlieusard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*