La route des os

On appelle la route qui relie Yakutsk à Magadan, la route des os…c’est en rapport avec le nombre de prisonniers du Goulag qui sont morts sur le chantier de sa construction. Depuis qu’Obiwan Kenobi est venu faire son film à moto du temps où il s’appelait encore Ewan Mac Gregor, cet itinéraire est devenu une sorte de nouveau Paris Dakar ; une Mecque pour les motards acharnés de la piste. La route de Magadan a été bien refaite ces dernières années,mais il reste un tronçon d’origine avec plein de boue et des passages de rivières, il démarre juste avant l’auberge « Konfort », évite Ust Nera par le sud et rejoint la piste principale plus loin. Mon conseiller enduriste suisse, qui connaît bien toutes les pistes de la région, m’avait vivement déconseillé de prendre ce raccourci seul avec ma vieille béhème chargée… mais arrivé au carrefour, j’ai quand même eu une hésitation intense, un pincement au cœur, une éraflure à mon orgueil de vieux pistard qui s’était tapé la piste de Gao tout seul… mais c’était il y a quinze ans et je n’aurais peut-être pas dû le faire, même à l’époque. Quand j’ai croisé les slovaques, j’ai compris que finalement je n’avais pas eu tort… ils ont tenté un petit bout puis on fait demi tour. Les pistes infernales en solitaire, il faut les tenter quand c’est l’unique route sur la carte et que donc, inévitablement il y aura du passage de camion… sinon, en solitaire, on risque bien d’ajouter quelques ossements aux fondations de la route et même fatigués, mes os, cette année, je vais essayer de tous les ramener entiers…

2 réflexions au sujet de « La route des os »

  1. Sage décision. Tous ceux qui se sont aventurés sur ce tronçon, qu’ils soient arrivés au bout ou qu’ils aient fini par renoncer, sont unanimes pour dire qu’il est vraiment très cassant et difficile. Sauf le respect que je dois à ta vénérable R100, je ne pense pas qu’elle aurait survécu…
    J’ai d’ailleurs le souvenir du récit d’un type qui s’est aventuré là en solitaire, et qui est tombé en panne au beau milieu. Il était heureusement équipé d’un système d’alerte par GPS, mais les secours ont mis 3 jours à arriver. 3 jours pendant lesquels le bonhomme, avec comme seule arme un couteau attaché au bout d’un bâton, a cru qu’il allait finir bouffé par un ours !
    Et puis c’est sûr : tu n’aurais pas trouvé un seul blinis là-dedans 🙂
    Bonne route, et merci encore de nous faire partager tes aventures.

    • je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi ce tronçon reste pourri alors que toutes les pistes, même secondaires, dès qu’elles mènent à une agglomération, sont relativement entretenues…on pourrait croire que c’est pour le « tourisme », parce qu’il y a pas mal de motards qui viennent là; mais elle n’est indiquées nulle part en tant que « route mythique »… il y a juste plein d’autocollants de clubs moto à la station où j’ai fait étape!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*