Tout au bout où on ne va plus

Qui aurait pu croire que tout bascule en quelques jours.

Et pourtant, là bas, on m’attend toujours, on me dit qu’on craint l’isolement, la Russophobie…

Alors, je ne sais pas encore comment, mais ce serait tellement bien que j’y retourne…

Là bas, à l’extrême pointe Nord de la grande Russie.

One thought on “Tout au bout où on ne va plus

  1. C’est drôle, on dirait que des gens oublient qu’il ya des gens partout, et même des gens qui trinquent comme eux, qui partagent, qui chantent et ont soif de montrer la moto du petit fransousss qui trône dans la cabane presque un peu étroite pour elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*