Chap 25 : Enlever son pull-over pour attraper l’étoile polaire…

Ah mes amis, une semaine sans nouveau chapitre ! Serait-ce le signe d’un essoufflement, d’une fatigue passagère ou d’une désaffection de mes muses parties sans moi vers d’autres horizons plus en adéquation avec leur très élevée situation ?

Les Muses de mes z’habits s’amusent…

Que nenni ! Mes muses sont bien fidèles au poste même si de vous à moi elles aiment à mimer les hirondelles en allant et venant toutes libres et virevoltantes avec l’arrivée du printemps. Non, si mon absence au frontispice de MotoMag s’est ainsi prolongée, c’est parce que ma fifille, le Chat, encore et toujours exilée au grand nord de l’Europe a tardé, bien que très douée, à retourner chez les hospitaliers pour restituer ses béquilles, et que son petit père, à la fois poule et poète, pour aligner ses lettres, attendait des médecins la toute fin de l’alerte. Celle-ci n’ayant pas tout à fait sonné mais la gambette blessée semblant  à chaque heure plus alerte, je peux à présent, l’esprit quelque peu libéré, reprendre le clavier pour vous rassurer et vous distraire, vous qui me suivez comme vous le pouvez depuis la mi-janvier dans les préparatifs de ce périple auquel ce blog, vaille que vaille, tente de se consacrer.

Mais ce serait mentir que mettre exclusivement sur le dos du genou de Chat le ralentissement de ma scribouillarde production. En vérité, je l’ai bien observé, plus le départ approche et plus je suis débordé, comme si le temps accélérait en même temps que se poursuit mon avancée. Un plancher tout juste posé, un placard enfin monté, un ferry suédois et un autre finnois à réserver, 8 heures par jour tuées pour être payé, un petit coup d’oeil chaque soir sur mémée geek et une visite de loin en loin à papi bougon, les z’enfants à skyper ou à facebooker, un p’tit neveu trop vite trop grand à reposer, Miss The XJR à préparer, faut aussi ajouter SylvieJolieChérie à aimer, matou Guiness à caresser, le cinéma à fréquenter, des repas entre amis à mitonner, la guitare à gratouiller, les longueurs de crawl à aligner et le VTT pour les mollets, sans oublier qu’il faut se raser et bien réfléchir à ce que je vais dans le blog vous raconter, tout ça parce que le tarmo quinqua est un tarmo papa, un tarmo tonton, un tarmo poteau, un tarmo chéri, un tarmo mari, un tarmo fiston en même temps que gendron, un tarmo pas retraité, un tarmo trop employé, un tarmo un rien artiste et parfois même un peu auteur, bref un tarmo comme tout le monde qui a trop de casseroles sur son piano et qui prend sur lui pour ne pas hurler quand il en entend certains dire que dans la vie, putaing, qu’est-ce ce qu’on s’ennuie!

Ah ! Et à ma longue liste pas exhaustive d’occupations bien empêcheuses de tourner en rond, faut pas que j’oublie d’inscrire une sortie entre tarmos qui aura lieu le 30 avril pour que Miss The XJR arrête de me faire la gueule parce que j’ai osé sous-entendre qu’une XTZ pourrait au pied levé la remplacer, et vous savez depuis http://lesblogs.motomag.com/tarmokeuf31/2013/03/02/alors-cest-quand-quon-roule-ensemble/ le boulot que ça peut représenter quand vous êtes en plus un tarmo Gentil Organisateur ! D’ailleurs au sujet de cette virée, je me permets de digresser dans ma digression en lançant un appel à l’ensemble des présidents de toutes les marques de motos qu’elles soient asiatiques, européennes, américaines, océaniennes ou africaines :

“Si vous souhaiter que Tarmokeuf31 vous consacre un de ses désormais célèbres blogs “scoop” avec de jolies photos de vos prototypes pour faire le buzz sur le net comme en a bien profité BMW le mois dernier (http://lesblogs.motomag.com/tarmokeuf31/2013/03/20/chap-20-ya-pas-quharley-ni-beheme-quand-on-a-50-ans/) et qui, pour le coup, aurait tout de même pu me remercier, je tiens à votre disposition l’itinéraire de la prochaine sortie qui va nous entraîner dans une journée de 600 bornes en Pyrénées. Prévenez-moi par mail de l’heure et de l’endroit où vous vous posterez, le tarmo scoopeur se chargera du reste… la prestation n’est pas bien chère mais sachez que vous aiderez ainsi à financer le rapatriement en France d’un Chat blessé en Finlande. Merci pour elle…” 

Mais bon après cette très longue introduction, de quel sujet les muses avaient-elles décidé que ce chapitre 25 devait se faire le parolier ? Mince, voilà que je l’ai déjà oublié, voilà que je me suis tout paumé ! C’est là tout le problème d’être un tarmo à trop de pelisses, à trop en empiler, on finit par étouffer, et si on respire mal, on avance mal, on se met à trébucher, à hésiter, à tergiverser, et à la fin, on sort de son bon chemin, et dans ce cas ne comptez pas sur la police pour vous indiquer la route. Alors en guise de conclusion, je dirais que ce voyage vers le nord est aussi là pour ça, pour m’aider à me retrouver moi, parce que pendant ces quelques jours de juin, débarrassé de toutes mes épaisseurs, je ne serai enfin personne d’autre qu’un tarmo tout court, prêt à m’envoler comme en apesanteur.

S’élever assez haut pour voir derrière l’horizon…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*