1984 : mes débuts au 52ème Rallye de l’Ain moto


papytoum

Bonjour à tous,

en 1984, la publicité Honda véhicule l’image de mono du Dakar pour le nouveau moteur Honda RFVC.

 

Figure 1 : Publicité Honda pour le modèle XL600R et le moteur RFVC en 1984 (www.coolmag.fr))

C’est pourtant bien avec la Honda XL600R équipée du moteur Honda RFVC que je prendrai le départ de mon premier Rallye Routier à Bourg en Bresse (01) le 17 mars 1984, muni d’une licence à la journée délivrée par l’Union Motocycliste de l’Ain.

 

Figure 2 : Au départ de mon premier Rallye Routier à Bourg en Bresse le 17 mars 1984

Le routier du Rallye de l’Ain est superbe. Beaucoup de petites routes avec des gravillons et peu d’occasions de relâcher son attention sur la boucle. Ce sont toujours ces mêmes routes qu’empruntent les concurrents dans les années 2010. Les noms de Poncin, Cerdon, Evosges, Hotonnes, Maillat, Bolozon, Drom… raisonnent en tête comme des lieux de passage incontournables du Rallye de l’Ain moto.

  

Figure 3 : Tracé du Rallye de l’Ain moto 1984 : Bourg, Poncin, Cerdon, Evosges, Hotonnes, Maillat, Bolozon, Drom, Bourg

Les 3 « spéciales » de l’époque, Journans-Rignat et sa partie en terre, Bolozon-Napt et sa longue ligne droite en forte montée où il ne faut pas couper !!!! et Drom-Les Conches qui se termine à la chapelle qui domine Bourg en Bresse, ne sont plus utilisées actuellement. Bolozon-Napt fut encore courue à l’occasion du Mototour en 2004.

Le Rallye de l’Ain débute à 20 heures. Il fait froid et le verglas est présent sur les routes du Bugey. Au départ, je suis équipé en conséquence : sous-vêtements chauds et gants d’hiver. A noter le sac à dos. Quant à la moto, elle est chaussée des fameux pneumatiques Michelin T61, les pneus à tétines qui ont la réputation d’être la monte idéale pour les trails dans les Rallyes Routiers.

Malgré les dizaines de milliers de kilomètres parcourus depuis 1981 au guidon de la 250 XT puis de la 600 XLR sur toutes sortes de routes notamment des petites, ce premier rallye sera une vraie découverte. Mais comment font-ils pour rouler à des vitesses pareilles sur ces toutes petites routes ? Me suis-je demandé pendant toute la nuit. Et aussi le jour d’ailleurs…

Figure 4 : Première montée « course » dans la spéciale de Bolozon-Napt au Rallye de l’Ain 1984

La première montée « course » dans la spéciale de Bolozon-Napt sera épique. A chacune des épingles, je terminerai dans le bas-côté extérieur. Sur les routes de montagne, je n’avais jamais cherché à aller aussi vite entre 2 virages avec toujours la crainte d’un véhicule en face.

Dans les « spéciales » de rallye, il faudra que j’apprenne à coordonner les puissantes accélérations permises par le moteur RFVC de la Honda XL600R et le freinage fourni par le disque avant, puissant certes mais cependant assez limité dans de telles conditions de roulage. Après plusieurs passages, la maitrise commence à s’améliorer.

Après avoir enchainé les 2 boucles de mon premier rallye, de nuit puis de jour, je suis assommé par la fatigue. La nuit blanche passée sur les routes du Bugey m’obligera à m’arrêter pour dormir au bord de la route avant Saint-Rambert en Bugey lors du retour à Grenoble.

 

Figure 5 : Classements du 52ème Rallye de l’Ain en 1984 (Lettre FFM du 20 mars 1984)

Etre parmi les « finisher » du 52ème Rallye de l’Ain, remporté par Jean-Yves Rivollet du Moto Club du Vercors, restera comme une grande satisfaction personnelle.

Les Rallyes Routiers m’en apporteront encore beaucoup d’autres…

A demain

Papytoum

1983 : Jean-Yves Rivollet, pilote et organisateur de Rallyes Routiers


papytoum

Bonjour à tous,

En 1983, Jean-Yves Rivollet organise le premier Rallye du Vercors moto avec le Moto Club du Vercors. C’est un mordu de motos et de Rallyes Routiers en particulier. Il dispute avec succès les épreuves nationales de la discipline au guidon d’une machine de sa conception : une Honda CR 480 de cross adaptée à une utilisation routière.

 

Figure 1 : Jean-Yves Rivollet, pilote et organisateur du premier Rallye du Vercors moto en mai 1983

Comme les autres machines issues de modèles de cross ou d’enduro, la moto est équipée d’un moteur 2 temps. Sur les petites routes des Rallyes Routiers, il faut savoir maitriser ce moteur performant mais plutôt brutal. Jean-Yves s’en sort plutôt bien. Il remporte en 1983 le Trophée de France des Rallyes en catégorie 500 cm3 avec cette machine.

Figure 2 : Classements du Trophée de France des Rallyes 1983 (Lettre FFM du 28 juin 1983)

Après sa jolie saison 1983, Jean-Yves Rivollet s’engage sur le Rallye Paris Dakar 1984. Il part sans assistance avec son sac à dos. Il y fera une belle prestation terminant à une excellente 33ème place.

Figure 3 : Jean-Yves Rivollet concurrent n°64 au Rallye Paris-Dakar 1984 (Moto Journal N°633 du 29 décembre 1983)

Sur ce Dakar 1984, afin de contrer la concurrence BMW qui dispose d’un bicylindre de forte cylindrée, Honda engage un proto du mono cylindre RFVC de 630 cm3.

Le cylindre du mono Honda RFVC de 630 cm3 bénéficie d’une surface d’ailettes plus importante pour améliorer le refroidissement. Le cylindre est fabriqué à l’unité par l’usine. L’accroissement de l’alésage a permis au moteur Honda RFVC de gagner en couple rendant le choix des démultiplications dans le mou moins critique.

Figure 4 : Proto Honda XL à moteur RFVC 630 cm3 pour le Dakar 1984 (Moto Journal N°633 du 29 décembre 1983)

L’exemple de Jean-Yves Rivollet sera très motivant pour me faire rejoindre le Moto Club du Vercors à l’hiver 1983-1984.

Figure 5 : Jean-Yves Rivollet au Rallye Paris-Dakar 1984 (www.parisdakar.it)

Compte tenu de leur expérience, notamment celle de Jean-Yves en tant qu’organisateur et pilote, je trouverai au Moto Club du Vercors l’ambiance idéale pour découvrir la discipline et envisager de me lancer dans le bain des Rallyes Routiers.

La semaine prochaine, je plonge…

Bon week-end

Papytoum

1983 : premier Rallye du Vercors moto


papytoum

Bonjour à tous,

c’est tout à fait par hasard, au retour de l’une de nos sorties du week-end en mai 1983, que nous tomberons sur un drôle de regroupement de motos à Varces (38). J’apprendrai quelques semaines plus tard qu’il s’agissait des machines participant à un rallye routier : le premier Rallye du Vercors moto.

L’épreuve est organisée par le Moto Club du Vercors les 28 et 29 mai 1983. Le départ a lieu de Varces où le Moto Club a son siège. Le Rallye du Vercors moto compte pour le Trophée de France des Rallyes Routiers 1983.

Figure 1 : Descente du Col de l’Arzelier après la montée chronométrée lors du premier Rallye du Vercors moto en mai 1983

Lors de la première édition du Rallye du Vercors moto, les concurrents disputent une épreuve chronométrée dans la montée du Col de l’Arzelier. Cette « spéciale » nous la disputerons à plusieurs reprises lors des éditions successives du Rallye du Vercors.

 

Figure 2 : Honda XL600R au premier Rallye du Vercors moto en mai 1983

Les participants de ce rallye routier roulent majoritairement sur des trails ou des enduros (2/3 des machines). Certaines des machines sont équipées de phares additionnels. Plusieurs motos portent au guidon des dérouleurs pour lire le road book de l’épreuve.

A noter, la première photo d’une Honda XL600R participant à un rallye routier peut-être conduite par Didier Camps de Chatte (38).

 

Figure 3 : Publicité pour le pneu Michelin T61 (Moto Revue N° 2604 le 28 avril 1983)

Pour participer au Rallye du Vercors moto 1983, certains concurrents ont monté le fameux pneu Michelin T61 dont la publicité vante les mérites dans la presse moto.

Lorsqu‘il est neuf, le T61 de Michelin procure un grand sentiment de sécurité sur les routes gravillonnées et défoncées qui sont régulièrement empruntées lors des rallyes routiers. C’est ce pneumatique que j’utiliserai lors des saisons de rallyes routiers 1984 et 1985.

A l’occasion du premier Rallye du Vercors moto, alors que je n’ai jamais vraiment été un mordu de compétition, je ne le sais pas encore mais je viens d’être contaminé par le virus des Rallyes Routiers….

A jeudi

Papytoum

1983 : prise en main de la Honda XL600R à moteur RFVC 589 cm3


papytoum

Bonjour à tous,

je récupérerai un des premiers modèles de Honda XL600RD à Grenoble en mai 1983.

Figure 1 : Carte client Honda de la XL600RD du 20 mai 1983

Bonne surprise à la réception : contrairement aux machines de couleur rouge essayées dans les revues moto au début de l’année 1983, la machine est majoritairement blanche avec 2 bandes de couleur rouge et grise sur le réservoir. J’aime bien.

Figure 2 : Honda XL600RD dans les Alpes à l’été 1983

La nouvelle Honda XL600R est élégante et sportive, racée et puissante. Elle est agréable à conduire. La position est bonne d’emblée et peu fatigante sur de long parcours. La selle est confortable même pour le passager. Cependant, les arrêts essence assez fréquents, tous les 150 km environ, sont les bienvenus pour le repos du corps.

La puissance du moteur Honda RFVC 600 cm3 permet de tenir une bonne vitesse sur la route, même à deux. En balade, il est possible de rouler sur le couple mais pour rouler plus sportivement, c’est dans les tours que le moteur Honda RFVC aime s’exprimer.

S’engager dans les chemins avec la Honda XL600R se fait sans crainte. Ce sera bien sur un peu plus difficile de grimper dans les sentiers de montagne derrière chez moi qu’avec la 250 XT. La machine est plus puissante certes mais aussi plus lourde. Attention de ne pas s’aventurer trop loin dans les sentiers escarpés. A plusieurs reprises autour de chez moi, il a fallu me battre avec la moto pour la sortir d’une mauvaise passe. Ce n’est ni une moto d’enduro ni une moto de trial.

Figure 3 : la Honda XL600RD en balade à l’été 1983

Par contre, quel régal pour parcourir les petites routes de montagne notamment à deux avec Floris, ma compagne.

Avec elles, je vais pouvoir reprendre mes bonnes habitudes inaugurées avec la 250 XT : rouler, rouler, rouler….

A demain

Papytoum

1983 : le nouveau moteur Honda RFVC 600 cm3 au Rallye Paris-Dakar


papytoum

Bonjour à tous,

En ce début d’année 1983, Honda a fait le choix d’équiper ses motos du Dakar avec le nouveau moteur Honda RFVC en cylindrée 600 cm3. Le Paris-Dakar devrait constituer un excellent test de longue durée pour le nouveau moteur RFVC.

Figure 1 : Proto sur base de Honda XL600R équipée du moteur RFVC pour le Dakar 1983 (Moto Journal n°584 du 23 décembre 1982)

Le journaliste Pierre-Marie Poli présente le proto du Dakar 1983 dans le numéro 584 de Moto Journal du 23 décembre 1982. La partie cycle comporte un système de suspension à biellettes de type Prolink avec amortisseur Showa, une grosse fourche classique de même marque et le nouveau freinage à disque avant qui équipera la Honda XL600R qui sera commercialisée en 1983.
Après le proto du Dakar, Pierre-Marie Poli fait l’essai du nouveau modèle Honda XL600R à moteur RFVC dans le numéro 596 de Moto Journal le 17 mars 1983. Lors de cet essai, il compare la Honda XL600R type PD03 avec la Honda XLV 750 apparue également au salon de Paris en octobre 1982.
Dans ce numéro de Moto Journal, pour Pierre-Marie Poli, l’escalade de cylindrée arrive à son terme et le fait que les différents constructeurs Honda, Yamaha, Rotax et bientôt Kawasaki se limitent à une cylindrée de 600 cm3 malgré une volonté évidente de surenchère montre bien qu’il n’est guère possible d’aller plus loin sur un mono. La suite prouvera qu’il avait tort.

Figure 2 : Article sur les 600 dans Moto Journal n°600 du 14 avril 1983

L’essai comparatif de la Honda XL600R publié dans le numéro 600 de Moto Journal du 14 avril 1983 ne laisse aucun doute au lecteur sur les immenses qualités de ce nouveau trail Honda à moteur RFVC 600 cm3 par rapport aux précédents modèles trails Honda de 500 cm3.

Cependant, dans Moto Revue numéro 2604 du 28 avril 1983, Jean-Louis Bernardelli avoue qu’il a souffert de la répétition des démarrages au kick lors des 4 jours de test de la nouvelle Honda XL600R.

Figure 3 : Essai Honda XL600LD Paris Dakar 1983 dans Moto Journal n°600 du 14 avril 1983

C’est dans la version Paris-Dakar (gros réservoir de 20 litres à la peinture bleu blanc rouge évocatrice) que la Honda XL600R est essayée dans le Moto Journal numéro 600 où elle est comparée à la Yamaha XT600 Ténéré.

Mais que cache-t-il vraiment ce nouveau moulin Honda ?

A demain

Papytoum

1982 : présentation de la Honda XL600R équipée du moteur RFVC 600 cm3


papytoum

Bonjour à tous,

au début des années 1980, les motards ont des envies d’aventures. La XT 500 de Yamaha apparaît alors comme la moto idéale pour répondre à ce besoin. Apparu en 1976, le gros mono japonais a déjà 2 victoires à son actif dans le rallye Paris-Dakar. Cyril Neveu vainqueur du rallye en 1979 et 1980 a consacré le mythe « grand voyageur » du gromono.

Dans la presse moto, au plan commercial comme au plan technique, la question tourne autour de la possibilité d’aller au-delà de 500 cm3 dans un mono. Et pourquoi pas 600 cm3 ? 

Les ingénieurs japonais tentent de relever le défi. La période du gros mono japonais de 500 cm3 a débuté en 1976 avec le 500 XT. Une courte période entre 1981 et 1982 verra pointer quelques moteurs de 550 cm3. C’est sur une Honda XR 550 que Cyril Neveu remporte son troisième Dakar en Janvier 1982. Mais il s’agit toujours du mono Honda 4 soupapes simple carburateur en service depuis 1979. Ce sera la dernière victoire d’un mono Honda sur le Dakar.  

Figure 1 : Cyril Neveu vainqueur du Dakar 1982 sur Honda XR550

La technique progresse rapidement. Durant l’année 1982, les premières infos et les premières images des mono 600 cm3 apparaissent dans la presse moto. La Honda XL600R équipée du nouveau moteur Honda RFVC 600 cm3 arrive au salon de Paris en octobre 1982. Moto Journal en fait une présentation dans le numéro 574 du 14 octobre 1982.

Figure 2 : Présentation de la Honda XL600R à moteur RFVC au salon de Paris 1982 (Moto Journal 574 du 14 octobre 1982)

La moto est vraiment attirante. Tout a progressé par rapport aux 500 Honda XLS et XLR notamment la grosse fourche et le frein à disque à l’avant. La ligne est sportive mais pas trop marquée par l’image Paris-Dakar. Elle gagne en puissance tout en perdant quelques kilos par rapport à la 500. Elle semble très bien finie.

La Honda XL600R devrait représenter un net progrès par rapport à ma 250 XT. Mais pour rouler avec le nouveau moteur Honda RFVC de 600 cm3, il faudra attendre sa sortie en magasin au printemps 1983.

L’attente va être longue….

A jeudi

Papytoum

RFVC 1984-2014 présentation


papytoum

Bonjour à tous,

j’ai fait la connaissance du moteur Honda RFVC à la fin de 1982 quand Honda a commencé à en équiper ses machines du Dakar. J’ai eu le plaisir de rouler avec ce moteur suite à l’achat de la Honda XL600RD en mai 1983 à Grenoble.

A la même époque, j’ai découvert les Rallyes Routiers à l’occasion de la première édition du Rallye du Vercors moto organisé à Varces (38) par Jean-Yves Rivollet et toute l’équipe du Moto Club du Vercors.

Rejoignant le Moto Club du Vercors à l’hiver 1983-1984, s’en suivirent 5 saisons de Rallyes Routiers avec l’équipe du Moto Club du Vercors, la Honda XL600R équipée du moteur Honda RFVC et le soutien du concessionnaire Honda moto de Grenoble.

Après un intermède de quelques années, notre retour en Rallye Routier avec la Honda XL600R et le moteur Honda RFVC s’est produit au cours de la saison 2009.

Les rencontres faites à l’occasion du Rallye de l’Ain moto, organisé en 2008 par l’équipe de l’Union Motocycliste de l’Ain, monument des Rallyes Routiers en France, ont été déterminantes dans ce choix.

Une nouvelle période de Rallyes Routiers s’est ouverte au guidon de la Honda XL600R et du moteur Honda RFVC. Elle s’est conclue en 2011 par le titre de Champion de France des Rallyes Routiers catégorie « classiques ».

Toujours accompagné par le concessionnaire Honda moto de Grenoble, de retour au Moto Club Dauphinois, nous mettons en place la saison 2014 des Rallyes Routiers afin de célébrer nos trente ans de Rallyes Routiers avec le moteur Honda RFVC.

Ce sont ces souvenirs et nos préparatifs que je vais vous raconter au cours des prochaines semaines.

Philippe « papy-toum » THOUMELIN, Champion de France des Rallyes Routiers « classiques » 2011 http://www.youtube.com/watch?v=B2OFFsSBPPA