1984-2020 : Honda RFVC, il est temps de passer à autre chose


papytoum

Bonjour à tous,

Voici le 84ème et dernier article du blog motomag RFVC-1984-2014.

En effet, en ce 25 novembre, date de l’anniversaire de Rémi, le temps est venu pour moi de passer à autre chose.

Figure 1 : Papytoum et le vélo porteur Lejeune modèle 1984 en route pour de nouvelles aventures

Le vélo porteur Lejeune de 1984 avec son gros porte paquet avant, ses roues à jantes Rigida montées en pneu Michelin 650 B « semi confort », est plutôt confortable.

C’est un bon choix pour aller faire ses courses en temps de confinement.

Son mono plateau de 48 dents et son pignon unique de 18 dents en font un bon rouleur en zone rurale. Son fameux frein arrière à rétropédalage Sachs Torpedo Schweinfurt l’arrête par tous les temps.

A son guidon, quand la pente s’accentue, le plaisir diminue.

Heureusement, c’est plutôt plat autour de chez moi.

Figure 2 : Rémi sur son vélo à roulettes à Moto Labo en mars 1992 (photo papytoum)

Entre trois et quatre ans, le petit Rémi ne connaît encore que le vélo.

A l’époque, le vélo est à roulettes. Aujourd’hui, Rémi aurait droit à l’apprentissage de l’équilibre avec une draisienne.

Figure 3 : Rémi et son papa en balade en Ardèche en septembre 1992

En balade en Ardèche avec son papa à l’automne 1992, s’interrogeait-il déjà le petit bonhomme pour savoir s’il serait plus amusant de rouler à bicyclette ou sur un de ces engins motorisés que papa lui faisait tester sur le petit circuit aménagé pour les gamins sur la place du village de Saint-Hilaire (38).

Figure 4 : les mômes de Saint-Hilaire sur le quad loué par le papa de Rémi (septembre 1992)

Avec le casque sur la tête, il se débrouillait très bien avec l’engin à moteur, le petit Rémi.

Une seconde nature chez lui….

Bien plus tard, ce sera le cyclomoteur Rieju 50 cm3 acheté chez Philippe »Max » Many puis le vélomoteur Honda CBR 125 cm3 acheté chez Gilles Bonjean à la concession Honda moto à Grenoble.

Il en aura parcouru des kilomètres avec ses engins, le fiston, et il avait vraiment une belle capacité à les maitriser.

Sauf que…

Figure 5 : Rémi à vélo devant sa cabane au Canada (27 mars 2012)

Mais, vingt ans plus tard, c’est quand même le vélo qu’il choisit pour ses déplacements urbains lors de son séjour à Montréal en 2012.

Figure 6 : Rémi avec le vélo de papa dans la montée du col du coq (22 août 2013)

Et encore le vélo, celui de papa en l’occurrence, et aussi la tenue du club VTT de Chambéry, qu’il utilise pendant ses vacances en Isère à l’été 2013.

Mais Rémi, motard occasionnel, aura toujours plaisir à accompagner son vieux papa sur les rallyes du Championnat de France.

Figure 7 : père et fils au Rallye de la Sarthe en avril 2014

Il le fera à plusieurs occasions notamment lors de la saison 2011 puis encore lors de la dernière saison en 2014.

Figure 8 : Papytoum à la finale de l’OpenXchallenge Massi de Montagrier (24) le 27 septembre 2020 (Photo Louis Cadroas)

Quant à papytoum, en 2020, il continue de rouler avec grand plaisir dans les compétitions de VTT.

Mais sans la présence du fiston.

Figure 9 : Rémi dans le salon du photographe (24 mars 2011)

Au final, concernant Rémi, c’est quand même la moto qui l’a emporté…

Bises mon fils.

Papytoum

1977-1992 : Philippe, Bruno et le moteur Honda RFVC, les champions de la police


papytoum

Bonjour à tous,

S’initier au rallye routier dans le Poitou, serait-il la meilleure façon de postuler au titre de Champion de France des rallyes des années plus tard ?

C’est une hypothèse crédible, si’ l’on se réfère aux parcours des deux policiers, Philippe et Bruno, dans les rallyes.

Voici leur histoire….

Tout débute en octobre 1977 lors du 7ème circuit de régularité de la ligue du Poitou organisé par le club moto d’Angoulême (16).

A côté d’une forte délégation de policiers, comme toujours dans les épreuves de régularité de l’époque, parmi les engagés régionaux, la presse met en avant le pilote William Roques de Surgères (17) qui a obtenu un résultat plus qu’honorable au Tour de France et le niortais Yves Forest concurrent malheureux du rallye côte d’Ivoire côte d’Azur (Courrier de l’Ouest Jeudi 06 octobre 1977).

Deux concurrents surgériens sont également cités, Jacky Tirbois, vainqueur de la précédente édition chez les civils et le néophyte Bruno Viaud.

Un garçon dont nous aurons l’occasion de reparler, écrivions-nous lors de la rédaction de l’article consacré aux circuits du Poitou paru dans le blog motomag RFVC-1984-2014.

Figure 1 : classements du 7ème circuit de régularité du Poitou (La Nouvelle République Lundi 10 octobre 1977)

Après son excellent résultat dans le Tour de France en mai, le Courrier de l’Ouest du jeudi 13 octobre 1977 salue le sérieux du vainqueur de l’épreuve, le pilote William Roques de l’Amicale Motocycliste de Surgères, victorieux notamment à la course de côte des Fontenelles (79), et note les qualités du jeune pilote Bruno Viaud qui termine dixième de l’épreuve et cinquième civil.

Le 26 février 1978, alors qu’il n’est pas encore motard dans la police, c’est en excellente compagnie que le jeune Philippe Le Tiec fait ses premiers pas dans les rallyes routiers en participant au premier Circuit de régularité des Deux Sèvres organisé au départ de Niort (79). Les deux policiers, Bernard Neimer et Gilles Campestrini sont au départ. Les deux policiers finiront dans cet ordre en tête du championnat de France de régularité 1978 chez les militaires.

Dix ans plus tard, le motard de la police Philippe Le Tiec débutait la saison qui lui permettra de recueillir le précieux trophée.

Figure 2 : Vacances pour les rallymen au 1er Rallye de la Cinarca en février 1988 (France Moto n°221 mars 1988)

Sous l’impulsion de William Roques, vainqueur du circuit du Poitou en 1977 et surtout premier civil à battre les militaires dans l’épreuve poitevine, une écurie de 6 pilotes est engagée au premier circuit des Deux-Sèvres par Bernard Viaud, le concessionnaire Kawasaki de Mauzé sur le mignon (79).

Figure 3 : écurie Viaud-Kawasaki engagée au premier Tour des Deux-Sèvres (La Nouvelle République du centre ouest jeudi 23 février 1978)

A l’opposé des effectifs majoritairement militaires des habituels circuits de régularité de la région Poitou-Charentes, la nouvelle épreuve attire une majorité de civils.

Dans cette épreuve, Philippe Le Tiec retrouve Bruno Viaud, un autre brillant pilote issu des rangs du Club Motocycliste de la Police Nationale et futur Champion de France des rallyes routiers comme lui.

Mais ils ne le savent pas encore, ni l’un ni l’autre, les deux jeunes pilotes.

Au classement de cette première édition du Circuit des Deux-Sèvres, disputée uniquement de jour, deux civils, William Roques et Jacky Stirbois de l’Association Motocycliste de Surgères (17) précède le policier Guy Labelle du CMPN.

Au départ du 8ème circuit de régularité du Poitou en octobre 1978, le policier Guy Labelle, en tête du championnat de France militaire, et Pierre Bertrand, 6ème du Tour de France, chez les gendarmes, sont présents. Chez les civils, William Roques est venu défendre son trophée. Sa performance au Bol d’Argent en compagnie de Bruno Viaud, présent également au départ, l’autorise à être optimiste (LNR samedi 07 et dimanche 08 octobre 1978).

Les premiers départs du 8ème circuit de régularité de la ligue du Poitou ont lieu vers 2h30 du matin de la place Lavault à Thouars (79). Le parcours chemine à travers des communes de la Vienne (86), des Deux-Sèvres (79), de la Charente (16) et de la Charente maritime (17).

Figure 4 : au contrôle de Niort les spectateurs admirent la Kawasaki 900 de l’écurie Viaud-Kawasaki du jeune pilote Bruno Viaud (LNR mardi 10 octobre 1978)

Sur le circuit, les temps impartis sont calculés pour une moyenne horaire de 52 km/h pour les motocycles de la classe A (cylindrées de 125 à 250 cc) et de 60 km/h pour les motocycles de la classe B (cylindrées de 250 à 1000 cc).

Figure 5 : classements du 8ème circuit de régularité du Poitou (LNR lundi 09 octobre 1978)

Pierre Bertrand de la garde républicaine (gendarmerie) et Gilles Campestrini du club motocycliste de la police nationale (police) n’ont pu être départagés pour la victoire au classement général comme au classement militaire du 8ème circuit de régularité du Poitou.

Le bordelais Patrick Kempf l’emporte chez les civils. Le mauzéen William Roques de l’écurie Viaud-Kawasaki a dû abandonner. Le circuit électrique de sa Kawasaki accusant une défaillance irrémédiable au petit matin à Sauzé-Vaussais (79) (LNR lundi 09 octobre 1978). Ses collègues de l’écurie, Bruno Viaud et Yves Forest, terminent l’épreuve à des places honorables.

En 1979, pour sa seconde édition, le circuit de régularité des Deux-Sèvres se déroulera dans le nord du département (LNR mercredi 21 février 1979).

Dans la catégorie B, Bernard et Bruno Viaud, William Roques (Surgères) avec leurs grosses Kawasaki et Jean-Luc Giroire (Airvault) devront notamment affronter les frères Denis et Gabriel Aubier (Orléans), ou le bordelais Patrick Kempf.

Figure 6 : classements du second tour des Deux-Sèvres (CO lundi 26 février 1979)

Lors du second circuit des Deux-Sèvres, les locaux ont été battus par Daniel Duchesne (Orléans) qui remporte le classement général au guidon de sa Honda 250 cm3. Jean-Luc Deneuvy (Angoulême), second du général, gagne la catégorie B des plus de 250 cm3 devant Christian Vignaud du TC Ligugé.

Bruno Viaud (Surgères) pointe à la 7ème place et son compère William Roques à une lointaine 24ème place.

Au cours des années 1981-1982, le policier Philippe Le Tiec fera son stage de motard dans la police sous les ordres du policier rallyman Jean-Pierre « Papy » Lebras, son instructeur à l’école de la police de Sens (89).

En 1983, à l’appel du CMPN, Philippe Le Tiec fera quelques apparitions dans les Rallyes routiers.

Figure 7 : calendrier du championnat de France des rallyes 1983 (Le Journal du CMPN septembre 1983)

En mai 1983, Philippe Le Tiec termine à la 19ème place du Rallye de Guyenne. Il améliore son résultat dans les Ardennes avec une belle 8ème place et termine sa saison 1983 avec la 16ème place au 1er Monté Carlo moto.

Au guidon de la Kawasaki 500 du CMPN, le policier Philippe Le Tiec participe à plusieurs épreuves du championnat de France des rallyes en 1985. Il vient renforcer l’équipe de rallye du CMPN dont les leaders sont alors Alain Laurent et Jean-Marc Orioli.

Figure 8 : le policier Philippe Le Tiec au guidon de la Kawasaki 500 GPZ du CMPN

Lors du Rallye du Limousin, les 09 et 10 mars 1985, première épreuve de la saison, le policier Philippe Le Tiec met le feu à la Kawasaki du CMPN. Incendie de la machine au sens propre suite à une chute et abandon pour le pilote lors de l’épreuve d’ouverture qui est remportée par le bordelais Patrick Kempf, un spécialiste de la régularité.

Les pilotes les plus réguliers, le bordelais Patrick Kempf (BMW 800 GS), le niçois René Dursapt (Ducati Pantah) et le nordiste Robert Degaudez (Honda 600 XLR) prendront la tête du rallye à l’issue de l’étape de nuit.

Il en fallait de la régularité au Rallye du Limousin où seuls ces trois pilotes passés partout à zéro sur le routier, terminent sur le podium final.

Figure 9 : classement du premier rallye du Limousin (France Moto n°190 du 15 avril 1985)

Après sa chute au Rallye du Limousin, Philippe Le Tiec semble regonflé à bloc puisqu’il va aligner deux jolies prestations lors des rallyes suivants, le Rallye de Guyenne, les 30 et 31 mars, et le Rallye de la Sarthe, les 13 et 14 avril 1985.

Dans les deux épreuves, il se permet « de faire la nique » aux anciens du CMPN, en se classant troisième et premier élément du club de la police nationale.

Pas mal pour le nouveau venu.

Figure 10 : classement du Rallye de Guyenne 1985 (Lettre FFM du 03 avril 1985)

Au Rallye de la Sarthe, c’est une révolution qui est annoncée par la FFM dans sa lettre du 17 avril 1985. Ce n’est pas une routière qui a vaincu en terre sarthoise.

Figure 11 : Rallye de la Sarthe 1985 (Lettre FFM du 17 avril 1985)

Au Rallye de Charente, les 27 et 28 avril 1985, au départ d’Angoulême (16), bis repetita.

Suite à un routier finalement assez peu sélectif contrairement aux éditions précédentes de l’épreuve charentaise, c’est dans les épreuves chronométrées que s’est joué le classement général (Lettre FFM du 30 avril 1985).

A ce régime, le pilote angoumoisin Jean-Luc Deneuvy parvient à glisser sa puissante Honda 1100 cm3 de production à la troisième place derrière les 2 machines d’enduro, l’Husqvarna 400 cm3 de Thierry Hardy (MC Roquebrune) (06) et la KTM 500 de Gérard Pardon (CM Beaujolais) (69).

Nouvelles venues dans les épreuves du Championnat de France des rallyes, ces machines d’enduro adaptées à la route devraient se révéler difficile à battre, si elles continuent à tenir la distance d’un rallye.

Dans cette épreuve, le policier Philippe Le Tiec atteinte une honorable 12ème place, derrière les deux leaders du CMPN.

Figure 12 : classement général du rallye de Charente en avril 1985 (Lettre FFM 30 avril 1985)

En 1985, malgré tous les policiers et gendarmes, spécialistes des rallyes, engagés dans les différentes épreuves de la saison, et malgré tous les pilotes de machines d’enduro adaptées à la route présents, au final le Champion de France 1985, c’est Robert Degaudez avec la petite Honda XL600R à moteur RFVC.

Pour la saison 1986, Philippe Le Tiec va prendre la tête d’une nouvelle équipe de pilotes du CMPN. Il est rejoint par Gérald Crépin, brillant troisième de la 49ème coupe de l’Armistice à la fin de l’année 1984 avec la vaillante Honda 500 XLS et par Gilles Ledoux. Au guidon des Kawasaki 750 ZX du CMPN, ces 3 pilotes vont tenter de reconquérir le titre de champion de France des rallyes qui a échappé aux militaires la saison passée.

Au Rallye du Poitou, les 08 et 09 mars 1986, organisé par l’AS-FFM, comme lors de la précédente saison, la saison des rallyes débute plutôt mal pour le pilote Philippe Le Tiec du CMPN. Suite à une chute, le leader du CMPN doit abandonner sur casse d’un carter moteur de la Kawasaki 750 ZX du CMPN.

Figure 13 : Philippe Le Tiec et la Kawasaki 750 ZX du CMPN au Rallye de la Sarthe 1986

Ses prestations suivantes seront de bien meilleure qualité. Philippe Le Tiec, Kawasaki 750 ZX, l’emporte au Rallye de l’Ain. Il termine second de Thierry Hardy, Husqvarna 400, au Rallye de la Sarthe, terrain de victoire traditionnelle des motos routières.

Après son abandon au Rallye du Languedoc que seul son compère Gérald Crépin termine pour le CMPN, Philippe Le Tiec est troisième du Rallye du Beaujolais et 5ème en Guyenne.

Philippe Le Tiec achèvera la saison 1986 de belle manière. Il est à nouveau second de Thierry Hardy au Rallye du Pays d’Aix.

Figure 14 : Rallye du Pays d’Aix et classement final du Championnat de France des rallyes 1986 (Lettre FFM du 09 septembre 1986)

Malgré sa belle saison 1986, Philippe le Tiec ne pourra rien contre le pilote niçois, Thierry Hardy qui aura été intouchable toute la saison pour s’emparer du titre de Champion de France des rallyes.

En 1987, pour l’équipe du CMPN, Gilles Ledoux et Gérald Crépin sont au côté de Philippe Le Tiec pour aller chercher le titre de Champion de France des rallyes qui se refuse aux policiers du CMPN depuis le titre du policier Patrick Orioli en 1984.

En 1987, le policier Philippe Le Tiec et sa nouvelle machine vont faire forte impression au départ du Rallye de la Sarthe qui ouvre la saison.

Figure 15 : Philippe Le Tiec, Jean-Pierre Lebras, son instructeur, et la Barigo 560

La Barigo 560, née à Thouars (79) au cœur du Poitou, est une machine sportive imaginée par Patrick Barigault. Elle est dotée d’un cadre maison associé au brillant moteur monocylindre autrichien Rotax.

Malheureusement, avec cette machine, le policier Philippe Le Tiec n’atteindra pas ses objectifs dans le Championnat de France des Rallyes 1987.

Ses deux collègues reprendront le flambeau permettant au trio de monopoliser le podium final du Championnat de France des rallyes 1987.

Figure 16 : Rallye de Haute Saône et classement du Championnat 1987 (Lettre FFM du 08 septembre 1987)

Après une saison en demi-teinte au guidon de la Barigo 560 en 1987, le policier Philippe Le Tiec attaque la saison 1988 de la meilleure manière qui soit au guidon d’une nouvelle machine, la Honda XR à moteur RFVC 600 cm3.

Grâce au soutien de son partenaire OUTIROR de Saint Cyr sur Loire, Philippe Le Tiec va prendre le départ de la saison 1986 au guidon de cette nouvelle machine.

La Honda XR600R de Philippe Le Tiec est montée avec une roue avant en 18 pouces et un kit de freinage Brembo 300 mm ce qui devrait faciliter la route du policier vers le titre de Champion de France des rallyes 1986.

Figure 17 : Philippe Le Tiec et la Honda XR600R à moteur RFVC en 1988

Lors du premier Rallye moto de la Cinarca, manche d’ouverture du Championnat de France des Rallyes 1988, organisé les 27 et 28 février par le Moto Club Impérial et son président Jean-Jacques Poggioli, Philippe Le Tiec termine second. Le vainqueur, le pilote corse Pierre-Jean Padovani, se balade sur les routes de sa région au guidon de la Kawasaki 600 KLR.

Au Rallye de la Sarthe, seconde manche du Championnat de France des Rallyes 1988, Philippe Le Tiec prend à nouveau la seconde place derrière son coéquipier du CMPN, Gérald Crépin, qui a troqué sa puissante et lourde Kawasaki 750 GPZ pour la puissante et légère Husqvarna 510.

Au Rallye de l’Ain 1988, Philippe Le Tiec marque les points de la victoire au terme d’une nuit très difficile où 29 concurrents sur les 67 partants ont abandonné.

Au Rallye du Beaujolais, dominé par Yves Constantin qui pilote un trail Suzuki DR600, Philippe Le Tiec et sa Honda XR600R, abonné aux secondes places au cours de cette saison 1988, finit devant les 2 autres Philippe, Philippe Many sur Yamaha 250 TDR et Philippe Thoumelin avec la Honda XL600RH à moteur spécial.

Le 10 septembre 1988, Pierre-Jean Padovani revient de Corse pour remporter la manche de clôture du Championnat de France des Rallyes à Nice au guidon de l’Aprilia Touareg après avoir gagné la manche d’ouverture chez lui en février à l’occasion du premier Rallye moto de la Cinarca.

Figure 18 : Philippe Le Tiec, Honda XR600R, Champion de France des rallyes 1988 (la Nouvelle République Vendôme)

Philippe Le Tiec n’a pas marqué de points à Nice mais il remporte toutefois le titre de Champion de France des Rallyes Routiers 1988 avec la Honda XR600R à moteur RFVC.

La police peut à nouveau fêter un Champion de France des rallyes issu de ses rangs.

En 1989, le CMPN a fait l’acquisition de modèles Honda XR600R pour son équipe de rallye routier. A côtés des modèles enduro Husqvarna équipés pour le rallye, ces nouvelles Honda XR doivent permettre aux policiers de se maintenir parmi les meilleurs dans les épreuves du Championnat de France des rallyes.

Figure 19 : Honda XR600RK modèle 1989 du CMPN préparé pour les rallyes

En 1989, le drômois Philippe Many au guidon d’une étonnante Yamaha 250 TDR fera étalage de toute sa fougue pour remporter le titre de Champion de France des Rallyes 1989. Il privera ainsi le policier Philippe Le Tiec au guidon de la Honda XR à moteur RFVC 600 cm3 du plaisir de devenir le premier double Champion de France des Rallyes.

Figure 20 : classement du championnat de France des rallyes 1989 (Journal du CMPN 1990)

En 1990, l’équipe rallye du CMPN voit arriver les pilotes Serge Aubard et Bruno Viaud à côté des deux anciens, Philippe Le Tiec et Gérald Crépin.

Figure 21 : Kawasaki 650 Tengaï le choix du CMPN pour les rallyes en 1990 (Journal du CMPN 1990)

Les machines choisies pour l’équipe rallye du CMPN sont les lourdes Kawasaki 650 Tengaï.

Ce choix sera-t-il le bon pour contrer les agiles et légères Honda XR600R préparées pour la route ? Ces Honda sont notamment adoptées par des pilotes civils rapides comme le dauphinois Alain Amblard ou le cannois Yves Gras. Le policier Philippe Le Tiec restera lui aussi fidèle à la Honda XR600R à moteur RFVC.

Figure 22 : calendrier des épreuves du championnat des rallyes 1990 (Journal du CMPN 1990)

Après avoir roulé au cours de la saison 1989 avec la Honda NX650 Dominator, le pilote cannois Yves Gras ne tardera pas à prendre la tête du Championnat de France des Rallyes 1990 avec sa nouvelle moto, une 600 Stey, autrement dit une machine Honda XR à moteur RFVC 600 cm3 homologuée par Stey.

Figure 23 : en 1990 le civil Yves Gras s’impose au policier Philippe Le Tiec (France Moto n°255 février 1991)

Yves Gras est seulement second à la Sarthe puis à l’Ain en avril 1990, derrière Philippe Many, Champion de France des Rallyes 1989, qui roule avec la 250 KR1, la petite bombe de Kawasaki.

Mais Yves Gras est premier au Beaujolais, second derrière le side-car de Jean-Michel Meuret à la Loire, premier au Vercors et seulement 3ème au Rallye Francilien organisé par le CMPN derrière les policiers Bruno Viaud et Philippe Le Tiec.

Figure 24 : classement provisoire du championnat de France des rallyes 1990 avant le Francilien (Journal du CMPN 1990)

Avec sa victoire à la finale au 1er Rallye Francilien, le policier Bruno Viaud, nouveau venu sur les rallyes du championnat de France, s’empare de la seconde place du Championnat de France des rallyes au détriment du pilote drômois Philippe Many.

Le parcours francilien n’a manifestement pas réussi à Philippe Many qui ne marque que 4 points contre vingt à Bruno Viaud. La chance a tourné.

Figure 25 : classement du championnat de France des rallyes 1990 (France moto n°251 octobre 1990)

Yves Gras gagne le Rallye des Châtaignes en octobre 1990, et empoche son premier titre de Champion de France des Rallyes.

Figure 26 : Bruno Viaud Kawasaki 650 Tengaï du CMPN (saison 1990)

En 1991, le pilote cannois Yves Gras reprend la route avec une nouvelle Honda XR600R à moteur RFVC.

Figure 27 : calendrier provisoire du championnat de France des rallyes 1991 (France moto n°253 décembre 1990)

Son début de saison est époustouflant : vainqueur à la Sarthe, vainqueur dans l’Ain, au Beaujolais, au Vercors et au Rallye des Baous à Nice.

Mais la belle pendule se dérègle au Rallye des Châtaignes où Yves se blesse.

Au Rallye Francilien 1991, dernière manche de la saison, Yves Gras ne pourra pas défendre ses chances. Mais la solidarité sudiste jouera à plein et la victoire de Fred Gencel, Yamaha 250 TDR, devant le policier Bruno Viaud, Kawasaki 650 Tengai, sauvera in extremis le second titre de Champion de France des Rallyes d’Yves Gras.

Figure 28 : classement du Championnat de France des rallyes 1991 (France moto n°263 nov/déc 1991)

Apparaissant dans l’équipe officielle du CMPN présentée en vue de la saison 1992 des Rallyes, le policier Philippe Le Tiec verra sa saison brutalement interrompue sur chute en reconnaissance lors du Rallye de l’Ain.

Figure 29 : l’équipe des rallyes du CMPN 1992 (Serge Aubard, Hervé Joseph et Bruno Viaud)

Ses collègues, Bruno Viaud, Serge Aubard et Hervé Joseph, le petit nouveau de l’équipe, auront la tache de relever le défi en vue de conquérir le titre de champion de France des rallyes 1992 qui est monopolisé par les civils depuis le dernier titre acquis par Philippe Le Tiec en 1988 pour le Club de la Police Nationale.

Figure 30 : calendrier du Championnat de France des rallyes 1992 (Journal du CMPN 1992)

Bruno Viaud débute la saison 1992 par une seconde place à la Sarthe derrière Frédéric Avandetto qui pilote un modèle cross Honda 500 CR montée en « Supermotard Rallye Routier », intouchable sur le terrain sarthois.

La suite de la saison de Bruno Viaud ne sera pas une promenade de santé. Régulièrement accroché par les autres Honda XR600R de Hervé Joseph, premier au Beaujolais (69), et Alain Amblard, vainqueur aux Baous (06), Bruno Viaud parviendra à son objectif de s’emparer du titre de Champion de France des Rallyes 1992 notamment grâce à ses victoires au Vercors-Trièves (38), les 20 et 21 juin et aux Châtaignes (07), les 05 et 06 septembre.

Figure 31 : Beau podium au 3ème Rallye des Châtaignes en septembre 1992 (photo Le Dauphiné Libéré)

Une belle brochette de champions de rallyes, Philippe « Max » Many, Alain « Gaston » Amblard et Jean-Michel Meuret accompagne Bruno Viaud sur le podium du 3ème Rallye des Châtaignes à Lamastre (07) en septembre 1992.

Figure 32 : Bruno Viaud, Honda XR600R, vainqueur du Championnat de France des rallyes 1992 (Journal du CMPN 1992)

La victoire de Bruno Viaud lors de la finale chez lui au 2ème Rallye Francilien, les 26 et 27 septembre 1992, lui permet de conclure en beauté la saison 1992 et de ramener le titre de Champion de France des Rallyes Routiers au CMPN.

Figure 33 : classement du Championnat de France des rallyes 1992 (France moto n°273 nov 1992)

Pour la saison 1993, retour en arrière pour l’équipe du CMPN. La Honda NX650 Dominator remplace les motos d’enduro adaptées pour la route, Husqvarna 510 et Honda XR600R, que les pilotes du club utilisaient au cours des années passées.

Figure 34 : Les Honda NX650 Dominator du CMPN avant le départ de nuit au Trièves en juin 1993 (Viaud n°3, Aubard n°14, Joseph n°6) et la TDM de Lacoste n°7 (photo Jean-Charles Vérilhac)

Equipée d’un amortisseur Ohlins, la machine aura besoin de toute la science du pilotage et/ou de toute la fougue des jeunes du CMPN pour s’imposer dans les épreuves du Championnat de France des Rallyes.

Pour Bruno Viaud, les débuts sont timides avec une troisième place à la Sarthe derrière le champion des rallyes de 1989, le drômois Philippe Many qui pilote désormais une Yamaha 600TT, concurrente directe de la Honda XR600R. Le side-car de l’équipage Meuret-Simonin finit second.

En Corse (20), où Bruno Viaud termine à la 6ème place, le side-car de Jean-Michel Meuret et Eric Simonin gagne le Rallye Impérial (20) et prend de l’avance au classement provisoire du Championnat de France des Rallyes 1993.

Le trio de tête du classement provisoire du Championnat de France des Rallyes figure dans l’ordre sur le podium du Rallye de l’Ain comme sur celui du Beaujolais : Meuret, Many et Viaud.

Bénéficiant de la casse moteur de la 600 TT de Philippe « Max » Many au cours de la nuit et de la pénalité prise par l’équipage Meuret Simonin, Bruno Viaud remporte l’édition 1993 du Rallye du Trièves (38) au guidon de la Honda NX650 Dominator après l’avoir déjà remporté en 1992 au guidon de la Honda XR600R.

Philippe Many gagne près de chez lui en Ardèche, Bruno Viaud fait de même dans son jardin au Rallye Francilien et Philippe Many récidive lors de la manche finale organisée par l’équipe des drômois au départ de Bourg de Péage (26).

Figure 35 : classement du Championnat de France des Rallyes 1993 (France moto n°285 décembre 1993)

Le classement scratch du Championnat de France des Rallyes 1993 se jouera à un rien.

Avec sa moto de course, le drômois Philippe Many prendra le titre de Champion de France des Rallyes 1993 devant le policier Bruno Viaud auteur d’une magnifique saison.

Figure 36 : Bruno Viaud Champion de France des Rallyes 1992 (France moto n°276 février 1993)

Mais comme la moto ça ne s’oublie pas, nous retrouvons le policier Philippe Le Tiec en tête de la catégorie Classiques du Championnat de France des rallyes lors du Rallye du Beaujolais 2003.

Belle santé le motard de la police.

Figure 37 : Philippe Le Tiec, Honda 750 four, victorieux en catégorie Classiques du Championnat de France des rallyes lors du Beaujolais 2003

Les deux pilotes du Club Motocycliste de la Police Nationale, Philippe Le Tiec et Bruno Viaud ont marqué de leur empreinte des années de l’histoire du Championnat de France des Rallyes Routiers.

Philippe Le Tiec termine second du classement final du Championnat de France des rallyes en 1986 avec la Kawasaki 750 ZX. Il sera troisième avec la Barigo 560 en 1987. Il remporte le titre scratch en 1988 et finit à nouveau second en 1989 avec la Honda XR600R.

De sacrées machines pour les rallyes, ces Honda à moteur RFVC, si l’on se réfère à leur brillant palmarès.

Seulement huitième du classement général du Championnat de France des rallyes en 1990, Philippe Le Tiec sera quatrième avec la Pemda 600 (Honda XR600R homologuée par Pemda) dans le Championnat 1991.

Très belle carrière dans le Championnat de France des rallyes, pour le pilote tourangeau Philippe Le Tiec.

Avec de lointains souvenirs de la régularité motocycliste pratiquée dans ses jeunes années, le policier parisien Bruno Viaud débute les rallyes routiers dans l’équipe du CMPN en 1990.

Au cours de ses quatre années dans l’équipe de la police (1990-1993), Bruno Viaud alignera une impressionnante série de victoires ou de places d’honneur dans les épreuves du Championnat de France des rallyes.

Au classement général du Championnat, Bruno Viaud est second en 1990 et 1991, derrières Yves Gras et la Honda XR600R. Il remporte le titre de Champion de France des rallyes en 1992 avec la Honda XR600R du CMPN.

Revenu à une machine moins sportive en 1993, la Honda NX650 Dominator, Bruno Viaud parvient à la hisser à la seconde place du classement général du Championnat de France des rallyes derrière la sportive Yamaha 600 TT du pilote drômois Philippe Many, double Champion de France des Rallyes, comme avant lui, le pilote cannois Yves Gras.

Figure 38 : Policiers champions de rallye (Philippe Le Tiec, Bruno Viaud, Hervé Joseph, Gérald Crépin et Serge Aubard)

A notre connaissance, les deux policiers Philippe Le Tiec et Bruno Viaud roulent toujours à moto.

A bientôt

Papytoum

PS : les extraits de France Moto et les lettres de la FFM que nous utilisons proviennent en majorité de la collection de Jean-Pol : http://www.legrenierdejeanpol.com/

2014 : Roadsters ; la logique est respectée au 57ème Rallye de la Sarthe


papytoum

Bonjour à tous,

Désolé pour la catégorie Sport du Championnat de France des Rallyes mais, n’ayant pas réussi à mettre la main sur la moindre photo des participants de cette catégorie, j’ai dû renoncer à mon article.

Pour mon dernier article chez les modernes, j’ai choisi la catégorie la plus récente qui est aussi la catégorie du Champion de France des Rallyes en titre : Julien Toniutti.

En 2014, la catégorie des Roadsters explose tous les compteurs.

Parmi les inscrits, la catégorie Roadsters, c’est 39 sur 110 au 4ème Rallye des Garrigues et aussi 51 sur 146 au 57ème Rallye de la Sarthe.

Dans le top Ten des classements scratch, c’est 4 Roadsters, 4 Monos et 2 Sports au Rallye des Garrigues et aussi 7 Roadsters, 2 Top-Sport et un Mono au Rallye de la Sarthe.

Pour le Rallye de Corse, voici mon pronostic : 9 Monos et un Roadster.

Mais quel pilote sera sur ce Roadster ?

Figure 1 : Julien Toniutti Champion de France des Rallyes 2013 (photo Sandra Kientz)

Depuis le début de saison, la bagarre est âpre dans la catégorie Roadster.

Au 4ème Rallye des Garrigues, de jour, l’ordre établi dans la catégorie Roadster aurait pu être remis en question. Lors des seconds passages dans Murles et Murviel, le jeune pilote du Racing Mob Creusotin, Jérémy Demange, place son gros roadster au premier rang de la catégorie.

Mais pour mettre son nom au palmarès d’un rallye, il faut de la rapidité dans les spéciales mais aussi de la constance et de la fiabilité. Avec ses 30 secondes de pénalités, le jeune Jérémy ne pouvait que reculer dans les classements.

Figure 2 : Laurent Filleton dans Murviel au 4ème Rallye des Garrigues (photo Sandra Kientz)

Compte tenu des conditions de roulage de jour, le Champion de France a assuré l’essentiel sur son nouveau Roadster : rester à courte distance des 2 monos qui le précèdent au général avant l’étape de nuit.

Figure 3 : Christophe Vélardi dans Lavérune au 4ème Rallye des Garrigues (photo Sandra Kientz)

La courte nuit, 2 spéciales à disputer, se jouera dans un mouchoir : 1 seconde d’avance pour Julien devant le premier mono.

Au classement scratch du Rallye des Garrigues, dans la catégorie Roadster, Julien Toniutti précède Laurent Filleton (3) et Christophe Vélardi (6).

L’abandon des 2 rapides monos de Luc Deiana et Yohann Vigilenti a bien facilité la tâche du Champion de France.

Après le Rallye des Garrigues, au classement provisoire Elites du Championnat de France des Rallyes, Benoit Nimis intercale son Mono entre les 2 Roadsters de Toniutti et Filleton.

Figure 4 : podium Elites du 4ème Rallye des Garrigues (photo Sandra Kientz)

Au 57ème Rallye de la Sarthe, avec les 4 tours de circuit du Bugatti et le beau temps annoncé sur la Sarthe, les conditions de course se présentent différemment pour les concurrents du Championnat de France des Rallyes.

Retrouvez l’interview de Julien Toniutti par Raphael Ottavi ici :

https://www.youtube.com/watch?v=g5baUgTQxDc

D’emblée, Laurent Filleton imprime sa marque en remportant le scratch sur le circuit Bugatti. Franck Coudert à la seconde place, seulement, interpose son Top-Sport devant une ribambelle de Roadsters : Toniutti, Chéreau, Vélardi, Blanchon, Fassouli, Schiltz.

Figure 5 : Laurent Filleton sur le Bugatti au 57ème Rallye de la Sarthe (photo Marc Troussard)

Au premier passage dans Maigné, triplé des Roadsters. Le local Tony Chéreau devance les autres Roadsters de Filleton et Toniutti.

Figure 6 : Tony Chereau dans Maigné au 57ème Rallye de la Sarthe (photo Leslie Hobson)

Dans Coulans sur Gée, entouré de Monos, les Roadsters de Toniutti (2), Filleton (4) et Chereau (6) sont encore devant.

Figure 7 : Laurent Filleton dans Maigné au 57ème Rallye de la Sarthe (photo Leslie Hobson)

Chez les Roadsters, après sa victoire sur le circuit Bugatti, Laurent Filleton remporte logiquement l’étape de jour devant Julien Toniutti et Tony Chéreau.

Retrouvez l’interview de Laurent Filleton par Raphael Ottavi ici :

https://www.youtube.com/watch?v=3kCYNUN5izc

De jour, le triomphe des Roadsters est seulement perturbé par la seconde place de Franck Coudert qui glisse le premier Top-Sport devant 7 Roadsters.

Figure 8 : Christophe Vélardi dans Maigné au 57ème Rallye de la Sarthe (photo Leslie Hobson)

Lors des 2 passages de nuit, les classements sont un peu bousculés.

Dans Coulans sur Gée, derrière le mono de Florent Derrien, les roadsters de Daniel Blanchon (2), Julien Toniutti (4) et Christophe Vélardi (5) se suivent au premier passage de nuit et ceux de Julien Toniutti (2), Daniel Blanchon (5) et Bruno Schiltz (6) au second.

Dans la spéciale plus rapide de Maigné, Laurent Filleton (1), Bruno Schiltz (4) et Tony Chéreau (5) se placent dans cet ordre au premier passage. Au second, l’ordre est modifié. Julien Toniutti (1) précède Laurent Filleton (3) et Christophe Vélardi (5).

Figure 9 : Bruno Schiltz dans Maigné au 57ème Rallye de la Sarthe (photo Raphael Ottavi)

Chez les Roadsters, au classement de nuit, Julien Toniutti (2) devance laurent Filleton (4) et Daniel Blanchon (5).

Au classement scratch du 57ème Rallye de la Sarthe, 5 Roadsters sont au 5 premières places : Julien Toniutti, Laurent Filleton, Christophe Vélardi, Daniel Blanchon et Tony Chéreau.

Julien ne précède Laurent que de 4 dixièmes de secondes.

Chaud la Sarthe cette année !!!

Les 3 premiers Roadsters de la Sarthe, Toniutti, Filleton et Vélardi, sont également en tête du classement provisoire de la catégorie dans le Championnat de France des Rallyes.

Après les 2 premières manches du Championnat de France des Rallyes, le Champion de France en titre Julien Toniutti, avec son Roadster, est en tête du classement provisoire chez les Elites devant l’autre Roadster de Laurent Filleton. Ils précèdent les 2 Monos de Florent Derrien et Benoit Nimis et Christophe Vélardi au guidon du 3ème Roadster.

En Corse aussi ça promet d’être chaud à partir du 07 juin.

Vendredi, j’espère que je pourrais vous donner quelques nouvelles de la Corse.

Papytoum

2014 : Side-Cars : les chouchous du public lors du 57ème Rallye de la Sarthe


papytoum

Bonjour à tous,

Lors de la 57ème édition du Rallye de la Sarthe comme lors de tous les rallyes, les side-cars sont les chouchous du public.

Mais qu’ont-ils de plus que nous les solos ?

Serait-ce leur roue supplémentaire ? Leur passager supplémentaire ou plutôt leur passagère ?

Ne serait-ce pas tout simplement leur générosité au guidon ou les figures dont ils gratifient le public ?

Dix side-cars inscrits au Rallye des Garrigues et à peine plus au 57ème Rallye de la Sarthe. Le circuit Bugatti n’exerce plus cette puissante attraction sur les équipages des side-cars.

Figure 1 : les side-cars au départ du Bugatti lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Sandra Kientz)

Les dix inscrits de la catégorie Side-Car au Rallye des Garrigues :

17 Alain et Olivier AMBARD

201 Marie-Laure FERRIEU et Hervé LAUR

202 Diana RAUCH et Bruno MARLIN

204 David BLEUSEZ et Franck BACON

206 Denis GRUNBLATT et Joachim BONNARD

209 Michel CHEYLAN et Philippe SZENDROI

210 Béatrice BANUT et Philippe MAUNY

300 Olivier DAHAN et Philippe BESSE

301 Raphael GALVANI et Pierre ROUGE

302 Denis DUPUIY et Patrice LAGUILLON

Dès la première spéciale du Rallye des Garrigues, sur la route détrempée de Murles, le ton est donné ; septième temps scratch pour les homonymes du Moto Club Dauphinois, Alain et Olivier Amblard.

LAUR-FERRIEU (16), DAHAN-BESSE (25) et CHEYLAN-SZENDROI (27) suivent à distance le duo infernal.

Au premier passage dans la seconde spéciale à Murviel, très humide également, Hervé Laur et Marie-Laure Ferrieu (11) prouvent qu’ils ne s’en laisseront pas compter par les 2 dauphinois (12). Les 2 équipages sont dans la même seconde très loin devant les troisièmes, Michel Cheylan et Philippe Szendroi (39).

Figure 2 : Hervé Laur et Marie-Laure Ferrieu dans Murviel au 4ème Rallye des Garrigues (photo Sandra Kientz)

Contrairement à la spéciale de Murles toute en descente ou presque, les montées de Murviel ont été plus favorables au léger side-car KTM bicylindre qu’au vieux et lourd side-car quatre pattes KAWA d’Alain.

Lors des seconds passages, la route séchante fait reculer les side-cars dans les classements des 2 spéciales de Murles et Murviel. Les écarts sont faibles entre les 3 premiers side-cars : AMBLARD-AMBLARD (9 et 19), LAUR-FERRIEU (11 et 21) et MARLIN-RAUCH (104 et 23).

La courte spéciale rapide de Lavérune, humide et plate, ne nous permettra pas de comparer le vieux side-car d’Alain à ses rivaux plus récents.

Figure 3 : Alain et Olivier Amblard à Lavérune au 4ème Rallye des Garrigues (photo Leslie Hobson)

Alain et Olivier sortent violemment sur la portion finale, étroite et très glissante de la spéciale de Lavérune.

La vidéo qui circule est saisissante. Après une longue glissade, le side-car est brutalement bloqué dans le fossé par la buse en béton qui s’y trouve. Le side-car fait un salto tandis que les 2 équipiers sont expédiés en l’air.

Regardez la vidéo de la sortie de route très impressionnante des Amblard dans Lavérune :

https://www.youtube.com/watch?v=kn8oPZsvY80

Pour avoir vu le side-car et les 2 blessés légers au parc coureurs dans les heures suivantes, je pense qu’il s’agit d’un vrai miracle qu’ils s’en soient sortis ainsi. Et c’est tant mieux.

Dans la spéciale de Lavérune, en l’absence du duo dauphinois, Bruno Marlin et Diana Rauch (11) font état de toute leur maitrise du side-car Choda Benelli quand il marche correctement devant le side-car Choda Ducati de CHEYLAN-SZENDROI (26) et le side-car Choda KTM de LAUR-FERRIEU (32). Les 3 side-cars légers sont aux avant-postes en somme.

Figure 4 : Michel Cheylan et Philippe Szendroi dans Lavérune au 4ème Rallye des Garrigues (photo Leslie Hobson)

De nuit, avec un passage dans chacune des 2 spéciales de Murles et Murviel, la lutte est serrée entre les protagonistes de la catégorie Side-Car : LAUR-FERRIEU (21 et 15), MARLIN-RAUCH (22 et 13) et CHEYLAN-SZENDROI (27 et 31).

Figure 5 : Olivier Dahan et Philippe Besse dans Lavérune au 4ème Rallye des Garrigues (photo Leslie Hobson)

Suite aux ennuis de moteur du side-car Benelli et à la sortie de route des dauphinois, le side-car DJ sport Honda de DAHAN-BESSE rejoint les side-cars des équipages LAUR-FERRIEU et CHEYLAN-SZENDROI sur le podium du 4ème Rallye des Garrigues.

Figure 6 : Podium des side-cars au 4ème Rallye des Garrigues (photo Marc Troussard)

Les treize inscrits de la catégorie Side-Car au Rallye de la Sarthe :

201 Marie-Laure FERRIEU et Hervé LAUR

202 Diana RAUCH et Bruno MARLIN

204 David BLEUSEZ et Franck BACON

206 Denis GRUNBLATT et Joachim BONNARD

207 Thierry LAFOREST et Dominique ISOPE

209 Michel CHEYLAN et Philippe SZENDROI

210 Philippe MAUNY et Carlo FREITAS

211 Annie-Claire GONZENBACH et Gérard LACHAMBRE

301 Sylvie et Christophe LEBERT

302 Patrick AGIN et Laurent DEBRAISE

303 Roland GOURAUD et Jimmy BOUVRON

304 Jean-Louis TITARD et Vincent HERRIJGERS

305 Albert CHOIN et Alain AMBLARD

A la Suze sur Sarthe, c’est avec grand plaisir que j’assiste au retour d’Albert Choin, le célèbre concepteur des side-cars Choda qui équipent plus de la moitié du plateau des side-cars engagés au 57ème Rallye de la Sarthe. Exceptionnellement, c’est Alain Amblard qui lui servira de singe sur ce rallye.

Figure 7 : Albert Choin au 57ème Rallye de la Sarthe (photo Francesco Scuderi)

Les 4 tours du circuit Bugatti sont une des particularités de l’épreuve sarthoise dans le Championnat de France des Rallyes.

Retrouvez l’interview d’Hervé Laur par Raphael Ottavi ici :

https://www.youtube.com/watch?v=paoA5ncq1hE

C’est l’équipage Gazelle et BBR (47) qui s’en sort le mieux sur le circuit Bugatti.

Figure 8 : Sylvie « Gazelle » et Christophe « BBR » Lebert sur le Bugatti lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Leslie Hobson)

Lancés à leur trousse sur la piste du Bugatti, on trouve les équipages AGIN-DEBRAISE (50) et LAUR-FERRIEU (53).

Figure 9 : AGIN-DEBRAISE et LAUR-FERRIEU à la poursuite de LEBERT-LEBERT sur le Bugatti lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Sandra Kientz)

CHEYLAN-SZENDROI (60) emmènent le groupe des poursuivants sur le Bugatti : BLEUSEZ-BACON (73), GOURAUD-BOUVRON (74), MARLIN-RAUCH (79), LAFOREST-ISOPE (83), TITARD-HERRIJGERS (93), CHOIN-AMBLARD (94), LACHAMBRE-GONZENBACH (100), GRUNBLATT-BONNARD (102) et MAUNY-FREITAS (133).

Figure 10 : Michel Cheylan et Philippe Szendroi sur le Bugatti lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Sandra Kientz)

Alors que nous allons prendre le départ de Coulans, nous apprenons la sortie de route du couple Lebert dans la rapide spéciale de Maigné.

Les très mauvais souvenirs d’avril 2011 me reviennent alors brutalement en tête. Heureusement, lors de cette nouvelle sortie de route, les 2 époux ont été épargnés physiquement.

Figure 11 : Roland Gouraud et Jimmy Bouvron dans Maigné au 57ème Rallye de la Sarthe (photo Leslie Hobson)

Sur le routier, de jour, l’ordre du classement des side-cars est peu modifié lors du passage dans Maigné puis Coulans sur Gée : MARLIN-RAUCH (42 et 30), LAUR-FERRIEU (54 et 26), GOURAUD-BOUVRON (49 et 40) et AGIN-DEBRAISE (58 et 35) se partagent les places sur le podium de la catégorie Side-Car.

Figure 12 : Patrick Agin et Laurent Debraise dans Maigné au 57ème Rallye de la Sarthe (photo Leslie Hobson)

De nuit, après l’abandon du couple LEBERT et le retrait de l’équipage AGIN-DEBRAISE, le public assistera à un festival de l’équipage LAUR-FERRIEU, vainqueurs des 4 spéciales. Ils précédent GOURAUD-BOUVRON et MARLIN-RAUCH.

Figure 13 : Bruno Marlin et Diana Rauch dans Maigné au 57ème Rallye de la Sarthe (photo Raphael Ottavi)

Sur le podium de la catégorie Side-Car du 57ème Rallye de la Sarthe, derrière l’équipage Hervé Laur et Marie-Laure Ferrieu, le duo Bruno Marlin et Diana Rauch coiffe d’extrême justesse le binôme Roland Gouraud et Jimmy Bouvron.

Figure 14 : podium des side-cars au 57ème Rallye de la Sarthe (photo Marc Troussard)

Suite aux 2 premières manches du Championnat de France des Rallyes, l’équipage Hervé Laur et Marie-Laure Ferrieu mène le classement provisoire dans la catégorie Side-Car devant Bruno Marlin et Diana Rauch qui précèdent la paire Michel Cheylan et Philippe Szendroi.

La bataille des Side-Cars va être grandiose sur les petites routes corses dans un mois.

A mardi, pour un petit tour avec les représentants de la catégorie Sport, la plus discrète catégorie du CFRR. J’ai un mal fou à mettre la main sur des photos des concurrents de cette catégorie.

Papytoum

2014 : les filles se mêlent à la lutte dans les rallyes routiers.


papytoum

Bonjour à tous,

En 2014, les filles ne se contentent plus d’accompagner les garçons dans les side-cars. Désormais, les filles se mêlent également à la lutte chez les solos.

Va falloir s’habituer à voir les plaques roses dans le Championnat de France des Rallyes Routiers.

  

 Figure 1 : Stéphanie Combes au départ du 4ème Rallye des Garrigues (photo Nathalie Pourrière)

Neuf féminines engagées au Rallye des Garrigues et douze au Rallye de la Sarthe. Les filles sont présentes de jour comme de nuit. Elles participent dans toutes les catégories avec des licences NCA, NCB ou LJA. Certaines ont même repeint leur moto en rose afin de mieux émerger au milieu d’un effectif de pilotes plutôt masculin.

 

 Figure 2 : Carole Manuguerra au départ du 4ème Rallye des Garrigues (photo Nathalie Pourrière)

Les filles auraient-elles décider de venir en aide aux organisateurs des rallyes routiers pour compenser la baisse de fréquentation chez les garçons ?

Les 9 féminines engagées au Rallye des Garrigues :

57 Sonia Barbot Top-Sport

88 Jessica Mangion Mono

124 Stéphanie Combes Sport

201 Marie-Laure Ferrieu Side-Car

202 Diana Rauch Side-Car

210 Béatrice Banut Side-Car

362 Carole Manuguerra Sport

363 Pascale Martinez Sport

372 Eveline Kisslig Classiques

Au premier passage sur la route détrempée de la spéciale de Murles, Sonia (50) avec sa GSXR moderne figure en bonne position dans le peloton des Top-Sport (5). Elle fait même la pige à Nick (67), la référence GSXR en rallye routier qui roule chez les Classiques. Lors du seul passage de nuit, elle y fera un résultat tout aussi bon (45 et 6), toujours devant la GSXR Classiques.

 

 Figure 3 : Sonia Barbot dans la spéciale de Lavérune (photo Sandra Kientz)

Dans les autres catégories, ses collègues se débrouillent bien également :

En Sport, Stéphanie est 9 (63) de jour et 7 de nuit (51).

En mono, Jessica, nouvellement élue représentante des pilotes, hommes et femmes, est 14 (80) de jour puis 10 de nuit (56).

Figure 4 : Jessica Mangion dans la spéciale de Lavérune (photo Sandra Kientz)

En Side-Car, les féminines brillent au côté de leurs pilotes masculins. Dans Murles, Marie-Laure fait 2 (16) de jour et 1 (21) de nuit. Diana est 8 (86) de jour avec le side-car dont le moteur marche par intermittence mais 2 (22) de nuit lorsque le moteur a retrouvé ses watts.

Au Rallye des Garrigues, les féminines se répartissent comme suit parmi les 87 pilotes du classement scratch et dans leurs catégories respectives :

Marie-Laure 12 (1er Side-Car), Sonia 36 (4ème Top-Sport), Stéphanie 46 (8ème Sport), Jessica 50 (11ème Mono), Diana 53 (4ème Side-Car), Carole 73 (12ème Sport), Eveline 83 (9ème Classiques), Béatrice 85 (6ème Side-Car).

 

 Figure 5 : podium féminin du 4ème Rallye des Garrigues (photo Nathalie Pourrière)

Les 12 féminines engagées au Rallye de la Sarthe :

39 Laetitia Maillard Roadster

57 Sonia Barbot Top-Sport

88 Jessica Mangion Mono

124 Stéphanie Combes Sport

201 Marie-Laure Ferrieu Side-Car

202 Diana Rauch Side-Car

211 Annie-Claire Gonzenbach Side-Car

301 Sylvie Lebert Side-Car

356 Sarah Depoilly Top-Sport

387 Aline Trigolet Sport

389 Audrey Régnier Sport

390 Marie Suchot Sport

 

 Figure 6 : Diana et Marie-Laure au départ sur le Bugatti lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Nathalie Pourrière)

Sur un Bugatti bien sec, les féminines sont très en verve parmi les 145 partants :

Sonia (46 et 11ème Top-Sport), Sylvie (47 et 1er Side-Car), Laetitia (52 et 28ème Roadster), Marie-Laure (53 et 3ème Side-Car), Jessica (76 et 11ème mono), Diana (79 et 7ème Side-Car), Annie-Claire (100 et 11ème Side-Car), Stéphanie (113 et 15ème Sport), Aline (126 et 21ème Sport), Audrey (127 et 22ème Sport), Marie (144 et 28ème Sport).

 

 Figure 7 : Laetitia Maillard sur le Bugatti lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Nathalie Pourrière)

Après leur joli parcours sur le Bugatti (47ème temps scratch et premier Side-Car), nous apprendrons l’abandon de l’équipage Sylvie et Christophe Lebert à l’occasion de la première épreuve chronométrée du routier, la très rapide spéciale de Maigné.

Heureusement, la sortie de route est sans gravité pour les 2 équipiers.

 

 Figure 8 : Sylvie et Christophe Lebert sur le Bugatti lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Marc Troussard)

Sur cette spéciale, de jour, Sonia (51) réussit à s’intercaler entre les Side-Cars de Diana (42) et Marie-Laure (54). Les autres féminines, Laetitia (81), Stéphanie (92), Annie-Claire (104), Aline (131), Audrey (136) et Marie (138) suivent dans cet ordre.

Dans la spéciale plus sinueuse et moins propre de Coulans sur Gée, de jour, Sonia (51) suit les 2 Side-Cars de Marie-Laure (26) et Diana (30) et précédent les autres féminines, Laetitia (80), Stéphanie (82), Annie-Claire (101) et Aline (126).

De nuit, lors des 2 passages dans Coulans, Sonia (53 et 41) suit les Side-Cars de Marie-Laure (20 et 16) et Diana (35 et 29). Quant à Laetitia (61 et 71) et Stéphanie (72 et 67), elles s’échangent les positions.

 

 Figure 9 : Stéphanie Combes dans la spéciale de Maigné lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Raphael Ottavi)

Lors des 2 passages dans Maigné, les classements sont similaires : Marie-Laure (19 et 17), Diana (35 et 39) et Sonia (50 et 41). Même échange de position entre Laetitia (67 et 77) et Stéphanie (71 et 75).

Finalement, sur le podium scratch du 57ème Rallye de la Sarthe, Laetitia (51) précède Stéphanie (71) et Sonia (74).

 Figure 10 : podium féminin du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Sandra Kientz)

Pour l’instant, en solo, Sonia mène le classement provisoire du Championnat de France des Rallyes de la catégorie féminine devant Stéphanie et Jessica. En Side-Car, c’est Marie-Laure devant Diana.

Lesquelles parmi toutes ces dames seront présentes lors des 3 prochaines épreuves du Championnat de France des Rallyes, la Corse, l’Ain et le Dourdou ?

Jessica Mangion, victime de la casse de son moteur au départ de la spéciale de Maigné de jour, aura-t-elle réussi à réparer le mono à temps pour venir courir en Corse ?

 

 Figure 11 : Jessica Mangion après la casse de son moteur à la spéciale de Maigné (photo Francesco Scuderi)

Dans tous les cas, la course dans la catégorie devrait être intéressante à suivre lors de la prochaine épreuve en Corse, les 07 et 08 juin.

A jeudi, pour la suite avec les chouchous du public lors du 57ème Rallye de la Sarthe.

Papytoum

 

2014 : Où sont passés les Top-Sport au 57ème Rallye de la Sarthe ?


papytoum

Bonjour à tous,

Avec la naissance de la nouvelle catégorie Roadster dans le Championnat de France des Rallyes Routiers (CFRR), assisterions-nous à la disparition de la belle catégorie des Top-Sport ?

Au 57ème Rallye de la Sarthe, avec 21 engagés sur 146, la catégorie fait pâle figure malgré le circuit Bugatti. Quelle sera la situation lors des prochaines épreuves du CFRR ?

Si l’on regarde les résultats des 2 premières épreuves du CFRR, Rallye des Garrigues et Rallye de la Sarthe, c’est la déroute de la catégorie.

Le pilote de la Ducati Panigale, Franck Coudert, n’apparaît qu’à la onzième place du scratch du Rallye des Garrigues et à la sixième du scratch du Rallye de la Sarthe. Il sauve cependant l’honneur des Top-Sport, enfin presque, avec sa seconde place sur le circuit Bugatti. Le roadster de Laurent Filleton y commettant le crime de lèse-majesté.

Figure 1 : Laurent Filleton vainqueur du circuit Bugatti lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Francesco Scuderi)

En 2014, la catégorie est arrivée à un tournant de sa brillante carrière dans le CFRR. Avec les trois épreuves à venir, Corse, Ain et Dourdou, le coup de grâce pourrait bien lui être donné.

Après le Rallye des Garrigues, la Honda 1000 VTR de Renaud Neumann domine le classement provisoire du Championnat de France des Rallyes dans la catégorie Top-Sport. Renaud devance la Ducati 1199 Panigale de Franck Coudert et les 2 petites Triumph 675 Daytona de Thibaut Bernard et Sébastien Padovani.

Sur le circuit Bugatti, Franck, second, est le seul à glisser son Top-Sport parmi les puissants roadsters qui monopolisent les meilleures places. La seconde machine de la catégorie Top-Sport, la Honda 1000 VTR de Renaud, pointe à la neuvième place.

Figure 2 : Franck Coudert sur le circuit Bugatti lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Sandra Kientz)

Sur les épreuves chronométrées du routier, les Top-Sport auront bien du mal à entrer dans le top 10 à l’exception notable du premier passage dans la rapide spéciale de Maigné où 2 Top-Sport figureront aux 4ème et 6ème places.

Retrouvez l’interview de Franck Coudert par Raphael Ottavi ici :

https://www.youtube.com/watch?v=oNUPfwk4bSk

De jour, Franck Coudert emporte le classement des Top-Sport devant Renaud Neumann et Thibaut Bernard. De nuit, Sébastien Padovani devance Renaud et Franck.

Figure 3 : Thibaut Bernard dans la spéciale de Maigné lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Raphael Ottavi)

Après le Rallye de la Sarthe, au classement provisoire du CFRR, Renaud Neumann passe devant Franck qui rencontre plus de mal que ses jeunes compagnons de la catégorie Top-Sport lors des étapes de nuit. Sébastien et Thibaut suivent à peu de distance.

Les Top-Sport qui occupaient les 13ème et 17ème places parmi les Elites après le Rallye des Garrigues sont remontés aux 11ème et 13ème places des Elites grâce au circuit Bugatti. Ces places seront difficiles à conserver lors des 3 prochaines épreuves du Championnat de France des Rallyes.

Compte tenu de ses bonnes performances sur les épreuves routières à la Sarthe et aux Garrigues, Sébastien devrait être un sérieux client lors de la prochaine épreuve, chez lui en Corse, les 07 et 08 juin. Renaud très en verve la nuit devrait lui apporter une bonne réplique. Mais le vétéran, au guidon de la belle italienne, ne devrait pas leur laisser si facilement le champ libre.

Figure 4 : Sébastien Padovani lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Sandra Kientz)

Dans tous les cas, la lutte sera passionnante à suivre au départ de Porticcio dans un mois chez les Top-Sport.

A lundi, les filles se mêlent à la lutte dans les rallyes routiers.

Vivement la Corse

Papytoum

2014 : Bagarre intense chez les monos lors du 57ème Rallye de la Sarthe


papytoum

Bonjour à tous,

A son arrivée en Sarthe, Benoit Nimis, au guidon de la Yamaha 450 YZFE, est en tête du classement provisoire du Championnat de France des Rallyes chez les monos.

Récompense de sa belle prestation au Rallye des Garrigues, Benoit est également second du classement chez les Elites.

Yohann Viligenti (Husaberg) et Romain Jacquemard (Honda), très en vue chez les monos au Rallye des Garrigues, sont absents au départ du Rallye de la Sarthe.

Le déplacement en terre sarthoise est toujours à risque pour les monos. Les 4 tours à disputer sur le circuit Bugatti leur sont rarement favorables. Toutefois, cela dépend largement de la météo.

Retrouvez l’interview de Florent Derrien par Raphael Ottavi ici :

https://www.youtube.com/watch?v=XmYxcrctghY

En raison du beau temps annoncé à la Suze sur Sarthe, et compte tenu de la rapidité des 2 spéciales au programme sur le routier, la tâche des pilotes des monos ne sera pas facile lors du 57ème Rallye de la Sarthe.

De jour, sur le Bugatti, les monos sont loin : Florent Derrien 16, Benoit Nimis 30, Mickael Augras 31 et Christophe Overney 34.

Figure 1 : Florent Derrien premier mono sur le circuit Bugatti lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Sandra Kientz)

Sur la rapide spéciale de Maigné, le premier mono, Benoit Nimis, est dixième. Suivent de près, Maxime Delorme, Mickael et Florent.

Retrouvez l’interview de Benoit Nimis par Raphael Ottavi ici :

https://www.youtube.com/watch?v=DQXVidT7gbg

A Coulans sur Gée, plus sinueuse et plus sale, Florent scratche. Les autres monos sont proches. Maxime (3), Benoit (5) et Mickael (11) suivent dans cet ordre.

Lors de l’étape de nuit, le quatuor des monos restera invariablement dans le même ordre lors des 4 spéciales disputées, 2 fois Coulans et 2 fois Maigné : Florent, Maxime, Benoit et Mickael.

Figure 2 : Mickael Augras dans la spéciale de Maigné lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Raphael Ottavi)

Maxime Delorme, le jeune pilote du Bugey, fait des étincelles sur les spéciales en terre sarthoise. Mais sur le Bugatti, Maxime n’apparaît qu’en 55ème
place. Pour mieux figurer au général d’un Rallye de la Sarthe à l’avenir, Maxime sait ce qui lui reste à faire.

Après le Rallye de la Sarthe, au classement provisoire du Championnat de France des Rallyes, chez les monos, Florent a repris la tête à Benoit devant Mickael et Maxime.

Figure 3 : Podium des monos lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Marc Troussard)

Au classement provisoire du Championnat de France chez les élites, les pilotes des monos ont un peu reculé : Florent (3) devance Benoit (4).

En Corse, les monos trouveront des routes plus favorables à leur légèreté. La bagarre devrait être passionnante entre tous ces pilotes auxquels se joindront des pilotes locaux très affutés.

Vivement la Corse.

A jeudi, où nous retrouverons la catégorie en voie de disparition du Championnat de France des Rallyes. 

Papytoum

2014 : en 125, c’est Kévin ou Alphonse lors du 57ème Rallye de la Sarthe


papytoum

Bonjour à tous,

En 2014, la catégorie 125 du Championnat de France des Rallyes est peu fournie. Cinq partants au Rallye des Garrigues mais seulement deux au départ du 57ème Rallye de la Sarthe.

Les 4 tours du circuit Bugatti auraient-il fait fuir les candidats potentiels de cette sympathique catégorie où la bataille fait rage ?

Figure 1 : Jean-Pierre Saligne au Rallye du Dourdou 2013 (photo Sandra Kientz)

En l’absence de Jean-Pierre Saligne, 125 RIEJU, non partant pour cause de budget trop serré, c’est entre Kevin Cheylan, 125 MZ, et Alphonse Poletti, 125 KTM, que les choses vont se jouer en Sarthe.

Au Rallye des Garrigues, les 125 ont montré qu’il fallait compter avec elles quand les conditions météorologiques leur sont plus favorables. Kevin se situe autour de la 40ème place lors des premiers passages sur les routes mouillées des spéciales de jour.

Kevin finit 44ème du classement de l’étape de jour du Rallye des Garrigues. « Sans couper », avec ce type de machine, ça finit par faire des temps corrects sur les routes détrempées.

Après les Garrigues, Kevin prend la tête du classement provisoire du Championnat de France en catégorie 125 devant Alphonse et Jean-Pierre.

Les conditions de roulage ne seront pas les mêmes lors du 57ème Rallye de la Sarthe. Le temps est beau et les chaussées bien sèches.

Pour les petites motos, les 4 tours du Bugatti sont une vraie corvée. Alphonse en termine dans un temps de 11 minutes 28 secondes et Kevin en 11 minutes 30 secondes. La puissance de la KTM a parlé !!

A noter que les 2 petites 125 ne sont pas les 2 dernières sur le Bugatti.

Figure 2 : Kévin Cheylan dans la spéciale de Maigné lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Raphael Ottavi)

Sur les 2 spéciales de Maigné et de Coulans sur Gée, les 125 sont dans les 2/3 du classement. Kévin précède Alphonse de jour. De nuit, Kévin jardine. Il termine derrière Alphonse du fait de ses 22 secondes de pénalités.

Au Classement provisoire du Championnat de France, Kévin conserve la pole position. La lutte des 125 va être très intéressante à suivre chez Alphonse, lors du 8ème Rallye de Corse.

Venez vous inscrire, il y encore des place en catégorie 125….

Figure 3 : Alphonse Poletti lors de la course de côte de Casaglione 2013

Retrouvez l’interview de Kevin Cheylan par Raphael Ottavi ici :

https://www.youtube.com/watch?v=QoNyppUSx-A

A lundi, pour la suite du périple chez les modernes lors du 57ème Rallye de la Sarthe.

Papytoum

2014 : Papytoum sauve l’honneur des Honda à moteur RFVC au 57ème Rallye de la Sarthe


papytoum

Bonjour à tous,

L’effectif réduit chez les Classiques au départ du 57ème Rallye de la Sarthe (12 partants) ne devrait pas trop nuire à la qualité des débats.

Toutefois, sous le beau soleil prévu en Sarthe durant le week-end, le local de l’étape, Nick Ayrton avec son gros quatre cylindres, va pouvoir profiter de sa supériorité prévisible en terre sarthoise dans la catégorie des Classiques.

Figure 1 : Nick Ayrton prêt à l’attaque sur le circuit Bugatti au 57ème Rallye de la Sarthe (photo Julie Landais)

Sur le circuit Bugatti, Nick prend le départ dans la seconde série au milieu des monos et des sports. Il s’en séparera rapidement. Avec un temps de 8’18’’, soit 34 secondes de mieux que son temps de 2012, Nick laisse son second de la catégorie Classiques à près d’une minute après 4 tours du circuit Bugatti.

Avec la puissante GEX Classiques, Nick se classe 13ème du scratch sur le circuit Bugatti. Il maîtrise vraiment bien la vieille GEX et le circuit Bugatti, le bougre !!!

Eric Fortin termine en 9’17’’. Son gros flat twin, bichonné par Nico son préparateur, marche de mieux en mieux.

Figure 2 : la grosse attaque d’Éric Fortin sur le circuit Bugatti lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Julie Landais)

La lutte va être chaude lors du prochain Dark Dog Moto Tour entre les 2 compères….

Derrière les 2 lièvres de la catégorie Classiques, les temps se resserrent. En 9’49’’ pour les 4 tours, Christian Lacoste fait briller son vieux flat twin. Ricou en 9’51’’ devance l’autre RDLC de Michel Fontana 9’59. David Carlo avec sa Honda XL600R s’intercale entre les 2 en 9’57.

Figure 3 : Christian Lacoste pousse le vieux flat twin sur le circuit Bugatti lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Julie Landais)

Les deux Honda NX650 Dominator à moteur RFVC d’Antoine Caviglioli et Philippe Thoumelin se sont bien arsouillées sur le circuit Bugatti. Mais elles sont vraiment à la peine les 2 « grosses » Honda à moteur RFVC et leurs pilotes aussi. Leurs temps dépassent les 10 minutes (10’03’’ et 10’04’’ respectivement).

Figure 4 : l’arsouille des 2 Honda Dominator d’Antoine et Philippe sur le circuit Bugatti au 57ème Rallye de la Sarthe (photo Julie Landais)

La punition continue lors des 2 spéciales de jour, moins sévère cependant. Nick nous colle 7 secondes et plus dans Maigné et 6 secondes et plus dans Coulans.

La messe est dite sur ce rallye. Les autres vont devoir se battre pour les accessits.

Nick, Eric, Christian, Antoine, Philippe et Ricou figurent dans cet ordre au classement de l’étape de jour du 57ème Rallye de la Sarthe.

Figure 5 : Ricou à l’attaque sur le circuit Bugatti lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Julie Landais)

Aux abandons sur chute de David et Michel lors de l’étape de jour, il faudra ajouter celui de Stéphane avec la petite Honda 400 CBT. Après avoir roulé sur le fameux circuit Bugatti, le twin Honda n’aurait-il pas apprécié les petites routes sarthoises ?

 

Figure 6 : Stéphane Scellier et le petit twin Honda sur le circuit Bugatti lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Julie Landais)

Retrouvez l’interview de Stéphane Scellier par Raphael Ottavi ici :

https://www.youtube.com/watch?v=Peo7U56NMJ8

La nuit claire et sèche ne changera pas grand-chose à la situation. Les ennuis électriques de Christian et Antoine laisseront le champ libre à Papytoum qui ne réussira pas à s’approcher de Nick lors des 4 passages de nuit dans les 2 spéciales de Coulans sur Gée et Maigné. Philippe termine second de l’étape de nuit loin derrière Nick. Il devance Eric, Christian, Ricou et Antoine.

Figure 7 : Papytoum dans Maigné au 57ème Rallye de la Sarthe (photo Raphael Ottavi)

Au classement général du Rallye de la Sarthe, la logique est respectée : les 2 vainqueurs du Dark Dog Moto Tour, Nick Ayrton et Eric Fortin au guidon de leurs grosses motos devancent Philippe « papytoum » Thoumelin et la petite Honda NX650 Dominator à moteur RFVC.

Figure 8 : Podium des Classiques au 57ème Rallye de la Sarthe (photo Marc Troussard)

Retrouvez l’interview d’Eric Fortin par Raphael Ottavi ici :

https://www.youtube.com/watch?v=NIJiLK8jCfs

Pour bien figurer au classement final du Championnat de France des Rallyes, il va falloir nous réveiller avec nos monos lors des 3 prochaines manches : la Corse, les 07 et 08 juin, l’Ain, les 28 et 29 juin et lors de la finale au Dourdou à Villecomtal (12), les 18 et 19 juillet.

Les routes devraient être plus favorables à nos machines et il n’y aura pas de circuit. Mais cela sera-t-il suffisant pour que les monos Honda à moteur RFVC d’Antoine et Philippe restent dans la course ?

A partir de jeudi, avant la manche Corse, je vous emmènerai sur les traces de Raphael Ottavi pour un petit périple en images chez les modernes lors du 57ème Rallye de la Sarthe.

A jeudi.

Papytoum

2014 : hécatombe chez les Classiques au 57ème Rallye de la Sarthe


papytoum

Bonjour à tous,

A quelques jours de son départ, la 57ème édition du Rallye de la Sarthe apparaissait très prometteuse chez les Classiques.

Avec pas moins de 15 inscrits, la bagarre allait être sympa à suivre tout au long du week-end sur les routes sarthoises :

160 AYRTON Nick SUZUKI 1100 GSXR

162 LACOSTE Christian BMW R 100 RT

163 THOUMELIN Philippe HONDA NX 650 DOMINATOR

164 CAVIGLIOLI Antoine-François HONDA NX 650 DOMINATOR

165 FONTANA Michel YAMAHA 350 RDLC

166 MANGEMATIN Eric YAMAHA 350 RDLC

167 KERAUDY Alain HONDA XL 600 R

168 KERAUDY Jean HONDA XL 600 R

169 CARLO David HONDA XL 600 R

410 WILS Dominique HONDA XL 600 R

411 FORTIN Eric BMW R 80 GS

412 JOUAN Salah HONDA 900 BOL D’OR

413 ZABRONIECKA Joël HONDA CB 750 K2

414 BARBET Nicolas YAMAHA 650 XS

415 SCELLIER Stéphane HONDA 400 CBT

Le premier à nous lâcher fut Dominique Wils. En attente de pièces pour redonner vie à son vieux moteur RFVC, Dominique ne pourra malheureusement pas être prêt à temps pour venir s’ébattre avec les copains sous le soleil sarthois.

Dominique se rattrapera depuis le bord des routes en filmant le passage des concurrents pour Motomag :

http://www.motomag.com/Rallye-moto-de-la-Sarthe-retour-en-videos-avec-Franck-Coudert-et-Herve-Laur.html

Figure 1 : Dominique Wils sur le circuit d’Alès au DDMT 2013 (photo Francesco Scuderi)

En 2014, à la Sarthe, Dominique n’aura pas l’occasion de nous montrer la qualité de son pilotage sur circuit au guidon de la Honda XL600R à moteur RFVC. Dommage !!

Après les défections de JOUAN Salah et sa HONDA 900 BOL D’OR et de Nicolas BARBET sur YAMAHA 650 XS, les faits de course allaient continuer à décimer les rangs des Classiques.

Sur le circuit Bugatti, de belles empoignades mais point de chute à déplorer cette année sur la piste bien sèche du circuit.

Par contre, dès le premier passage dans la rapide spéciale de Maigné, le jeune David Carlo, emporté par sa fougue, négocie mal la première courbe à droite qui nous fait entrer au lieu-dit la Chopinière dans une série de virages plus ou moins prononcés. Sa chute est inévitable.

Heureusement, David évite de justesse de percuter le poteau en face de lui. La glissade se termine à gauche de la route dans le talus où le choc violent provoque de gros dégâts : jambe cassée et luxation d’épaule pour lui, explosion du tableau de bord et guidon cassé pour la Honda XLR. La prise en charge de David est immédiate. Il souffre beaucoup en attente des soins qu’il recevra au centre hospitalier du Mans. Selon David, il est bien pris en charge par les spécialistes locaux des traumatismes liés à la pratique du sport motocycliste.

Figure 2 : David Carlo sur le circuit Bugatti au 57ème Rallye de la Sarthe (photo Julie Landais)

David très motivé depuis ses bons résultats au Rallye des Garrigues avait très bien débuté sa première édition du Rallye de la Sarthe. Sur le circuit, il figurait en tête des Honda à moteur RFVC. Il devançait notamment les 2 grosses Honda NX650 Dominator, un peu trop lourdes pour rivaliser avec l’agile Honda XLR sur la piste sarthoise.

Retrouvez l’interview de David Carlo par Raphael Ottavi ici :

https://www.youtube.com/watch?v=N0QqGYB-d2o

Après ce premier coup du sort chez les Classiques, ce sera au tour de Michel Fontana de payer son tribut à sainte gamelle. Alors qu’en pilote habitué des circuits, Michel avait su éviter de se faire piéger par les trajectoires aléatoires de nos trails sur la piste du Mans, ce sont les pièges de la route qui se refermeront sur lui.

Figure 3 : Michel Fontana sur le circuit Bugatti au 57ème Rallye de la Sarthe (photo Julie Landais)

Sur le routier après la spéciale de Maigné qu’il avait négociée prudemment, ébloui par le soleil sarthois, un comble, Michel pense avoir glissé sur une plaque de gas-oil. Là aussi, la chute inévitable se solde par beaucoup de dégâts. Pour le pilote, des fractures de côtes et de vertèbres, mais heureusement, pas d’atteinte neurologique. La fourche de la moto a pas mal souffert de l’impact.

Les deux pilotes novices dans les Rallyes devraient s’en remettre sans séquelles. Nous le leur souhaitons en tous les cas et leur adressons tous nos vœux de rétablissement rapide afin de les revoir prochainement avec nous sur les routes des Rallyes.

La journée à la Suze sur Sarthe se terminera tristement chez les Classiques lorsque les deux frères Keraudy nous annoncerons qu’ils ne repartiront pas de nuit suite à l’accident de leur pote David. Alors qu’ils avaient magnifiquement navigué tout au long de l’étape de jour sur le parcours compliqué tracé par Daniel Orriols, les frangins n’ont plus l’esprit à la course. On peut les comprendre.

Figure 4 : les frères Keraudy, Alain et Jean, sur le circuit Bugatti au Rallye de la Sarthe 2014 (photo Francesco Scuderi)

Pour certains des pilotes restant en course, les choses n’allaient pas se passer comme ils l’auraient souhaité.

Avant le départ de nuit, Christian Lacoste, dont le flat twin a brillamment marché de jour, sur le circuit Bugatti mais aussi dans les 2 spéciales de route, est inquiet. L’embrayage de la BM patine de plus en plus. Tiendra-t-il toute la nuit ?

Selon Christian, son éclairage complémentaire prévu pour la nuit a peu de chances de durer. Je lui ouvrirai donc la route toute la nuit avec mon puissant phare longue portée et cela devrait nous permettre de rentrer à bon port l’un et l’autre. Malheureusement, le défaut d’éclairage sera très pénalisant pour Christian dans les spéciales au cours de la nuit.

Figure 5 : Christian Lacoste sur le circuit Bugatti lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Julie Landais)

Et les ennuis chez les Classiques ne seront pas finis. Peu après le départ de la boucle de nuit, Antoine-François Caviglioli ne nous a pas rejoint lors des contrôles horaires suivant la spéciale de Coulans sur Gée. Les infos sont inquiétantes. Antoine ne parvient pas à démarrer sa moto dans la zone de non-assistance extérieure qui précède la spéciale de Maigné.

Finalement, à force de courage, malgré la panne de son éclairage, Antoine réussira à effectuer tout le routier, à parcourir les spéciales et à ramener la moto à la Suze sur Sarthe mais au prix de nombreuses pénalités. Tout ça à cause d’un défaut électrique sur sa Dominator.

Souhaitons à Antoine, qui avait déjà connu la panne au Rallye des Garrigues, de ne pas connaître pareilles mésaventures à chacune des prochaines épreuves du Championnat de France des Rallyes 2014.

Figure 6 : Antoine Caviglioli et Papytoum en bagarre sur le Bugatti lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Julie Landais)

En Corse, à domicile, Antoine devrait avoir une faim de loup au départ du Rallye de Corse à Porticcio le samedi 07 juin.

A lundi, pour les résultats de la course chez les Classiques lors du 57ème Rallye de la Sarthe.

Papytoum

2014 : mes reconnaissances du 57ème Rallye de la Sarthe


papytoum

Bonjour à tous,

En partant de Grenoble avec la Honda NX650 Dominator à moteur RFVC, le week-end précédant la 57ème édition du Rallye de la Sarthe, la onzième pour moi, j’ai 2 objectifs.

  

 Figure 1 : Affiche du 57ème Rallye de la Sarthe

Le premier de mes objectifs, c’est de reconnaitre très sérieusement le routier. En effet, depuis mon retour en rallye au guidon des Honda à moteur RFVC en 2009, je me suis mis en tête de faire les routiers des rallyes sans utiliser de dérouleur de road book comme à l’époque des parcours fléchés que j’ai connus auparavant.

C’est un moyen que j’ai trouvé pour entretenir ma bonne mémoire visuelle. Pour l’instant, cela ne m’a pas trop mal réussi. Je pense également que cela contribue à ma sécurité lors des roulages, parfois rapides, sur les liaisons routières des rallyes.

  

 Figure 2 : Routier de jour du Rallye de la Sarthe 2014 (241 km)

Pour répondre à mon premier objectif, il me faudra parcourir plusieurs fois l’ensemble du routier (360 km), de jour et aussi de nuit. Je devrais répéter les passages en voiture, le road book à proximité, dans les sections où je commets des erreurs. Sur la boucle de nuit (122 km), je devrais également passer en moto de nuit pour valider ma bonne connaissance du parcours routier du Rallye de la Sarthe.

 

 Figure 3 : Routier de nuit du Rallye de la Sarthe 2014 (122 km à faire 2 fois)

Avec cette méthode d’apprentissage du routier, je suis aux antipodes des concurrents qui prônent la remise du road book au départ d’un rallye. Finalement à chacun son plaisir. Le mien, c’est de rouler en terrain reconnu.

Le second de mes objectifs lors des reconnaissances du Rallye de la Sarthe 2014, c’est de faire des reconnaissances bien plus correctes des spéciales que ce que j’ai fait au Rallye des Garrigues qui ouvrait la saison du Championnat de France des Rallyes. Dans la nouvelle spéciale organisée à Murviel les Montpellier, je peux dire que je ne savais pas vraiment où je mettais mes roues. Ce n’est pas la meilleure façon de rester au contact de mes concurrents chez les Classiques.

 

 Figure 4 : Spéciale de Coulans sur Gée au Rallye de la Sarthe 2014

En préparation du 57ème Rallye de la Sarthe, pour améliorer mes reconnaissances des spéciales, je ferai des passages en voiture mais aussi à pied. En plus d’être plutôt économique, cela permet de bien s’imprégner du tracé de l’épreuve chronométrée et de mieux visualiser l’état du sol.

Contrairement aux années précédentes, le circuit Bugatti restera inacessible aux reconnaissances faute de roulage organisé au cours de la semaine précédant le 57ème Rallye de la Sarthe.

Pour la 57ème édition, Daniel Orriols a tracé un circuit de jour dans le sens des aiguilles d’une montre au départ de la Suze sur Sarthe avec ville étape à Fresnay sur Sarthe au nord. Il reprend ainsi son idée de 2011 où le rallye faisait étape à Ballon. Mais en 2011, la reconnaissance à moto des spéciales de Courcebeuf et de Domfront en Champagne étaient autorisées. En 2014, seuls des passages en voiture (ou à pied) sont possibles théoriquement dans les spéciales de Coulans sur Gée et de Maigné.

En début de semaine, les impressions sont mitigées. L’apprentissage du routier devrait nécessiter beaucoup de kilomètres en voiture.

Pour les spéciales, je suis dégouté dans un premier temps. Il n’y aura pas moyen de reprendre la moindre seconde à Nick Ayrton dans des spéciales aussi rapides. Nos monos Honda à moteur RFVC ne vont pas être à la fête sur le 57ème Rallye de la Sarthe. La météo qui s’annonce bonne n’arrange rien.

Après un passage à pied, les premières impressions seront relativisées. Nous devrions bien nous y amuser dans ces 2 spéciales.

A propos de l’interdiction des reconnaissances des spéciales à moto, au cours de la semaine, jusqu’à tard jeudi soir, je ne croiserai que 2 motos au voisinage des spéciales.

La première, dans la journée de lundi s’apprête à prendre le départ de la spéciale de Maigné. Alors que je suis installé dans ma voiture au poste zéro de la spéciale, le jeune conducteur de la speed triple blanche immatriculée en Sarthe vient me demander si je sais où est le départ de la spéciale et me dire qu’il ne fait pas le rallye.

La seconde, tard dans la nuit de lundi, est rencontrée au poste A de la spéciale de Coulans sur Gée que je redescends en voiture. La moto est conduite par un anglo sarthois résidant à Fresnay sur Sarthe bien connu dans le milieu des rallyes. Il m’explique quelques éléments de préparation récents de son puissant quatre cylindres et me demande de faire une montée en voiture à mes côtés dans la spéciale qu’il connaît très bien. Sacré Nick !!!

Les traces de freinage de moto de plus en plus nombreuses tout au long de la semaine au poste 10 de la spéciale de Maigné n’ont laissé aucun doute à tous les autres concurrents sur le non-respect de l’interdiction des reconnaissances à moto par certains.

Heureuse égalité sportive lors du 57ème Rallye de la Sarthe….

 

 Figure 5 : Spéciale de Maigné au Rallye de la Sarthe 2014

La boucle de nuit concoctée par Daniel Orriols emprunte dans le sens inverse des aiguilles d’une montre une partie des routes empruntées de jour dans l’autre sens.

Jeudi soir, après un ultime tour du routier de nuit à moto, je pense que les choses devraient bien se passer pour moi au plan de l’orientation lors des liaisons routières du 57ème Rallye de la Sarthe.

De plus, j’ai proposé d’ouvrir la route de nuit à Christian Lacoste qui me précède dans la liste des engagés avec son vieux flat twin. Son embrayage donne des signes d’affaiblissement inquiétant et Christian craint que son éclairage ne rende l’âme assez vite au cours de la nuit. L’avoir derrière moi sur le routier sera mon assurance anti jardinage.

Plus que demain vendredi pour préparer la machine, passer les contrôles administratifs et techniques et prendre un peu de repos au bord de la Sarthe.

  Figure 6 : La Sarthe à la Suze sur Sarthe

Chez les Classiques, va falloir se résigner à voir Nick caracoler en tête du 57ème Rallye de la Sarthe.

A mardi pour le récit des évènements sarthois chez les Classiques.

Papytoum