1973-1985 : régularité et rallye dans le Limousin


papytoum

Bonjour à tous,

Chose promise chose due mais….

Malheureusement, la COVID 19 aura eu raison de notre constance à vous tenir informé des épreuves de régularité motocycliste dans les territoires de l’Ouest de la France.

Difficile, en effet, d’accéder aux archives de Limoges, Ussel ou Guéret en ces temps de pandémie.

Nous avons vu apparaître la ville de Limoges comme ville de passage des circuits de régularité organisés dans le Poitou au cours de la décennie 1970-1980.

Tout d’abord en 1973, lors de la 3ème édition du circuit du Poitou puis en 1976 pour sa 6ème édition.

Nous ne pourrons malheureusement pas vous en dire plus que ce que nous écrivions dans de précédents articles à partir des comptes rendus du quotidien la Charente libre et du journal Sud-Ouest.

Il faudra attendre notre prochaine visite aux archives de Limoges pour savoir ce que disait à l’époque la presse de la Haute Vienne.

Je reprends ci-dessous nos écrits antérieurs concernant les éditions de 1973 et 1976 du circuit de régularité du Poitou.

En 1973, c’est le MC Rochelais (17) qui est le partenaire de la ligue pour l’organisation de la 3ème édition du circuit de régularité du Poitou les 13 et 14 octobre.

Vingt-six militaires ; 12 de la CRS, 11 de la gendarmerie mobile et 3 de la douane de la Rochelle sont inscrits ainsi que 17 civils.

La volonté des organiseurs est de faire passer le circuit dans toutes les villes de la Ligue du Poitou ayant un club motocycliste (Charente libre vendredi 12 octobre 1973).

Le circuit routier est toujours aussi long (839 km 500). De La Rochelle (17), le samedi 13 octobre à partir de 13 h 30, il rejoint Limoges (87) lors d’une première étape de 435 km. Une épreuve d’accélération est au programme entre Beaugeay (17) et Marennes (17).

La seconde étape de 404 km, dès 6 heures le dimanche 14 octobre à Limoges (87), ramène les concurrents à La Rochelle (17). Une course de côte entre Saint-Junien (87) et Brigueuil (16) se dispute sur le circuit de retour. Un parcours accéléré et une épreuve de moyenne spéciale chronométrée sont également prévus sur le circuit routier.

Au programme, 56 contrôles horaires et 5 départements traversés.

En 1973, les mauvaises conditions météo qui ont accompagné les concurrents ont rendu l’épreuve poitevine encore plus exigeante pour les pilotes et les machines. La pluie et le vent accompagnèrent les concurrents de bout en bout (Charente libre lundi 15 octobre 1973).

Figure 1 : passage des concurrents au contrôle de la tricherie (Charente libre mardi 16 octobre 1973)

Au contrôle de la tricherie à Eymouthiers (16), seuls 28 des 47 concurrents engagés, civils et militaires, avaient pointé entre 2 et 3 heures après leur départ de la Rochelle (17).

Vous avez dit indigeste les épreuves de régularité dans le Poitou ?

Pour qui ? Les organisateurs ou les concurrents ?

En 1973, c’est Jean Forillière qui remporte le circuit de régularité de la ligue du Poitou chez les civils. A l’époque, il est encore difficile pour un civil d’intégrer le top 10 dans ces épreuves de longue distance.

Figure 2 : classement général du 3ème circuit du Poitou (Sud-Ouest mercredi 17 octobre 1973)

Après ses bonnes performances chez les concurrents, Jean Forillière sera président de l’Amicale Motocycliste Angoumoisine (16) et organisera plusieurs éditions du Rallye de Charente dans les années 1980.

Pour 1976, face aux difficultés rencontrées par la commission sportive de la ligue du Poitou, l’épreuve a failli ne pas se faire.

Le 6ème circuit de régularité de la ligue du Poitou se déroule les samedi 09 et dimanche 10 octobre 1976.

La première étape de 380 km, le samedi, mène les concurrents de Cognac (16) à Limoges (87) et retour à Cognac (16). La seconde étape de 425 km, le dimanche, va de Cognac (16) à Cognac (16) en passant par Niort (79).

Le circuit comporte la bagatelle de 83 contrôles (LNR mardi 12 octobre 1976).

Une course à moyenne non impartie dès le départ et une course de côte sont à disputer lors de la première étape, une base secrète à moyenne imposée au lever du jour lors de la seconde.

Figure 3 : classements du 6ème circuit de régularité du Poitou (La Nouvelle République mardi 12 octobre 1976)

C’est le policier Jean-Pierre Geneletti qui remporte le classement général devant ses collègues, Jean Hulin, Bernard Neimer et Jean-Louis Chevelle du club motocycliste de la police nationale.

Le premier civil, Jacky Tirbois de Surgères (17), cinquième du général, parvient enfin à placer sa BMW devant tous les autres civils.

Figure 4 : le policier Jean-Pierre Geneletti vainqueur du 6ème circuit de régularité du Poitou (France Moto n°101 du 15 novembre 1976)

Finalement chez les militaires, entre gendarmes et policiers, c’est un coup à toi, un coup à moi, lors des circuits de régularité dans le Poitou.

En 1980, c’est un tour de la ligue qui est annoncé les 12 et 13 juillet à Limoges (87). L’Association Motocycliste du Limousin, un club de la Haute Vienne, est le club organisateur annoncé.

Malheureusement, aucune trace de cette épreuve n’apparaît dans la presse motocycliste nationale que nous avons pu consulter.

Nous espérons en apprendre un peu plus dans les journaux de la Haute Vienne quand nous pourrons accéder aux archives de Limoges après la difficile période COVID19 que nous traversons.

Avec l’épreuve suivante organisée en Limousin, nous entrons dans la période moderne des rallyes.

Nous avons déjà largement abordé dans le blog-motomag RFVC-1984-2014, la question de l’évolution qui s’opéra au tournant des années 1980 avec le passage des épreuves dites de régularité motocycliste vers les épreuves dites de rallye.

Figure 5 : commission des rallyes de la FFM en 1985 (France Moto n°197 du 15 décembre 1985)

Le premier Rallye du Limousin organisé par l’Association Sportive de la FFM (AS-FFM) les 09 et 10 mars en ouverture de la saison 1985 des Rallyes constitue l’exemple type du rallye.

Un parcours de liaison constitué d’une boucle de jour et d’une boucle de nuit découpées en tronçons horaires à effectuer à moyenne imposée de 60 km/h. Des épreuves chronométrées sur route fermées à la circulation publique sont réparties sur le parcours routier de jour comme de nuit.

Le classement du rallye, au scratch et par catégorie de cylindrées, s’effectue par addition des temps cumulés des épreuves chronométrées et des pénalités éventuelles acquises sur le parcours de liaison pour avance ou retard par rapport au temps imparti dans les différents tronçons horaires.

Dans l’attente de pouvoir consulter la presse de la Creuse et de la Corrèze, départements traversés par l’épreuve de 1985, nous nous appuierons sur les informations fournies par France Moto à propos du premier Rallye du Limousin.

Figure 6 : programme du premier Rallye du Limousin en mars 1985 (Lettre FFM du 06 mars 1985)

Au départ de Guéret (23), le samedi midi, la première étape de 226 km ne présente pas de difficulté notable. Les 3 épreuves chronométrées de Maupuy (23), du Grand Janon (23) et des gorges de Chavanon (19) permettront de départager les 70 concurrents ayant pris le départ de l’étape de jour.

Après les abandons précoces des deux pilotes lyonnais, Marc Dufour et Gérard Pardon, pour cause de serrage moteur, le niçois Thierry Hardy (400 Husqvarna) confirme ses bonnes dispositions pour le rallye en prenant la tête à l’issue de l’étape de jour devant le marseillais Serge Cini (Suzuki 600 DR) et le policier Jean-Marc Orioli (Kawasaki 750 ZX).

Figure 7 : départ de spéciale au premier Rallye du Limousin le 09 mars 1985 (France Moto n°190 du 14 avril 1985)

En 1985, les motos de rallye dérivées de trail ou d’enduro seront à la fête.

L’étape de nuit au départ d’Ussel (19), le samedi soir, rappellera à tous les concurrents l’importance du parcours routier pour le classement d’un rallye.

Du fait des sept minutes de pénalités, suite à une erreur de parcours, de Thierry Hardy, au moins une minute pour les pilotes professionnels du CMPN, ou l’incendie de la Kawasaki 750 du policier Philippe Le Tiec suite à sa chute, aucun des leaders de l’étape de jour ne figurera sur le podium du premier rallye du Limousin.

Les pilotes les plus réguliers, le bordelais Patrick Kempf (BMW 800 GS), le niçois René Dursapt (Ducati Pantah) et le nordiste Robert Degaudez (Honda 600 XLR) prendront la tête du rallye à l’issue de l’étape de nuit.

Figure 8 : classement du premier Rallye du Limousin des 09 et 10 mars 1985 (France Moto n°190 du 15 avril 1985)

Comme pour les autres épreuves d’ouverture du Championnat de France des rallyes organisées par l’AS-FFM, en Bretagne en 1983 et à Saint Amand les eaux (59) en 1984, le premier Rallye du Limousin ne sera pas suivi d’autres éditions du rallye en Limousin.

L’AS-FFM organisera encore un Rallye du Poitou au départ de Niort (79) au début de la saison 1986. Ce sera également la dernière édition d’un rallye dans le Poitou.

La fédération laissera ensuite le soin aux clubs motocyclistes de poursuivre le travail d’organisation des épreuves constituant le Championnat de France des Rallyes.

Figure 9 : Robert Degaudez (Honda XL600R) Champion de France des Rallyes 1985 (France Moto n°197 du 15 décembre 1985)

La victoire de Robert Degaudez dans le Championnat de France des Rallyes (CFFR) au guidon de la nouvelle Honda XL600R à moteur RFVC ouvre la longue liste des victoires du monocylindre Honda RFVC dans les rallyes routiers.

La machine n’est pas la plus puissante ni la plus rapide des machines s’alignant au départ des compétitions de rallye routier, mais le mono Honda à moteur RFVC va permettre à des pilotes experts comme Robert Degaudez (1985), Philippe Le Tiec (1988), Yves Gras (1990 et 1991) ou Bruno Viaud (1992) de remporter le titre de Champion de France des rallyes.

A bientôt

Papytoum

PS : les extraits de la lettre FFM et de France Moto que nous utilisons proviennent de la collection de Jean-Pol : http://www.legrenierdejeanpol.com/

1985-2018 : un nouveau rallye routier moto en Charente


papytoum

Bonjour à tous,

Lorsqu’il annonce à la presse locale en novembre 2017, qu’il souhaite organiser un rallye de Charente moto au départ de Rouillac (16), Thierry Dupuis ne sait pas qu’il vient d’ouvrir la boite à souvenirs…..

Figure 1 : Thierry Dupuis rêve d’organiser un rallye moto en Charente (Sud-Ouest 03 novembre 2017)

https://www.sudouest.fr/2017/11/03/il-reve-d-un-rallye-moto-de-charente-3916069-1057.php

En effet, alors que nous disputions avec la Honda XL600RD à moteur RFVC, dans le cadre du championnat du Sud-Est des Rallyes, la mémorable édition du Rallye de l’Ain les 16 et 17 mars 1985, les pilotes participant au championnat de France des Rallyes 1985 faisaient route à l’Ouest.

Les pilotes du championnat allaient disputer successivement quatre rallyes dans la moitié ouest de la France :

– le Rallye du Limousin (09 et 10 mars) : un parcours routier aller-retour de 600 km de Guéret (23) à Ussel (19),

– le Rallye de Guyenne (30 et 31 mars), entre Bordeaux (33) et Bergerac (24),

– le Rallye de la Sarthe (13 et 14 avril), autour du Mans (72) et son fameux circuit,

– le Rallye de Charente (27 et 28 avril), organisé par l’AM Angoumoisine (16) avec le soutien de l’AS-FFM (ou le contraire).

La suite du championnat des rallyes de 1985 se déroulera dans ses terres habituelles plus à l’Est :

– Rallye du Beaujolais (11 et 12 mai), près de Villefranche sur Saône (69),

– Rallye de l’Ardèche (15 et 16 juin) pour une boucle de 275 km au départ de Vals les Bains (07),

– Rallye du Languedoc (08 et 09 septembre), d’Agde à Bédarieux (34), en guise de finale magnifique.

Figure 2 : Podium du Rallye du Languedoc 1985 ; Jean-Marc Orioli, Christophe Vidal, Olivier Parassol, Pascal Véricel, Thierry Hardy, Robert Degaudez, Franck Coutel, Philippe Thoumelin, René Dursapt, Frédéric Denhez, Maud, Brice et Emeline

En 1985, nous sommes définitivement entrés dans l’ère moderne des rallyes routiers dont le championnat national se nomme Championnat de France des Rallyes depuis que la dénomination de championnat de régularité a été abandonnée.

Figure 3 : Championnat de France des Rallyes 1985 (France moto 197 du 15 décembre 1985)

Le Championnat 1982 a été le dernier à distinguer civils et militaires. En 1983, les classements les regroupent pour le classement scratch comme pour les trophées par cylindrée qui viennent d’être mis en place par la commission des rallyes.

A noter, que ce choix de séparer civils et militaires avait été fait par la FFM à la fin de la saison 1966 afin de stimuler la venue de civils sur les épreuves de régularité (France Moto n°135 décembre 1966). Il est vrai qu’à cette époque les classements faisaient clairement apparaître la domination des seconds sur les premiers.

Le Rallye de Charente 1985, disputé au départ d’Angoulême, sera le dernier à être organisé à cette époque par l’AM Angoumoisine.

Le vainqueur du classement scratch du Championnat 1985, Robert Degaudez, figure toujours parmi les participants du CFRR en 2018.

Quant à nous, à l’époque, après la saison 1985, nous nous engagions, avec la Honda XL600R équipée du moteur Honda RFVC de course, dans le Championnat 1986 des Rallyes qui débutait au Rallye du Poitou.

Le parcours, au départ de Niort (79), nous amenait jusqu’à Surgères (17).

Une des épreuves spéciales du Rallye du Poitou 1986 se disputait sur le CD266 au Grand Agère, entre les communes d’Yves et de Ballon en Charente Maritime.

Pour les Rhônalpins que nous étions, habitués aux falaises et aux précipices bordant nos routes, le spectacle des canaux bordant la route de la spéciale du Grand Agère avait quelque chose d’irréel.

Figure 4 : CD266 utilisé pour la spéciale des marais au Grand Agère lors du Rallye du Poitou 1986

Désormais, nous attendons la nouvelle version du Rallye de Charente proposée par Thierry Dupuis et son équipe du 19 au 21 octobre 2018.

https://www.rallyeroutiermotocharente.fr/le-c-o-r-r-c/

Robert Degaudez ne devrait pas être au départ de ce nouveau Rallye de Charente 2018. C’est dommage.

Nous plongerons prochainement dans les éditions des circuits de régularité organisés au cours des années 70 et 80.

A bientôt.

Papytoum

PS : les documents FFM que nous utilisons sont principalement issus de la collection de Jean Pol : http://www.legrenierdejeanpol.com/

2011 : Papytoum Champion de France des Rallyes Classiques avec la Honda XL600RH à moteur RFVC 589 cm3


papytoum

Bonjour à tous,

Fin 2010, après mes déboires avec la vieille Honda XL600RH achetée en mai 2008, je suis convaincu qu’il me faut une machine en très bon état pour participer au Championnat de France des Rallyes 2011.

Avec une telle machine, les frais de préparation seront réduits contrairement à ce qui m’est arrivé avec ma précédente acquisition.

 

Figure 1 : Nouvelle Honda XL600RH achetée pour la saison 2011

Elle est trop belle la nouvelle Honda XL600RH achetée en décembre 2010 en vue de la saison 2011. Avec seulement 6 500 km au compteur, elle est dans un état irréprochable. Cette moto devrait pouvoir tenir toute une saison sans intervention particulière autre que le remplacement de l’huile et du filtre à huile, des pneus et des plaquettes.

Il faudra bricoler un circuit pour faire fonctionner l’éclairage additionnel en xénon que j’ai prévu d’utiliser en remplacement des longue-portée Hella Rallye 1000 que j’utilisais encore en 2009 et 2010.

Comme les autres pilotes des XLR au cours saisons précédentes, je vais améliorer le freinage d’origine de la Honda XL600RH en adaptant un train avant de Honda NX650 Dominator : jante un peu plus large (1.85 pouces contre 1.60), gros étrier de frein, disque de 256 mm et arceau rigidificateur sous le garde boue avant près de la roue.

 

Figure 2 : Honda XL600RH prête pour la saison en février 2011

En souvenir de ma première Honda XL600RD de 1983, j’utiliserai les mêmes couleurs à dominante de blanc, avec le réservoir barré de rouge et de gris, lors de la saison du Championnat de France des Rallyes 2011 en « Classiques ».

 

Figure 3 : Papytoum dans le col du Canadel (83) au Sun Rallye le 19 mars 2011 (photo Thierry Honorat)

La saison débute par le Sun Rallye ou Rallye du Var organisé par le même organisateur que le premier Rallye du Ventoux qui fermait la saison 2010. De bon augure pour les fans de Rallyes Routiers à l’ancienne. Et nous serons servis.

Dommage toutefois que les projets trop ambitieux de l’organisateur aient débouché sur l’annulation de la quasi-totalité des spéciales de nuit qui étaient tout simplement magistrales.

A l’exception d’un passage dans le col du Babaou, nous avons dû nous contenter d’un menu allégé comportant des spéciales de jour tout aussi plaisantes que celles prévues de nuit : col du Canadel, col des Fourches, raccourci pour cause de route défoncée, dommage, et Gonfaron, spéciale de jour effectué en partie de nuit, redommage.

Malgré des cafouillages de ma part sur le routier de nuit, je repars du Rallye du Var avec la première place du classement provisoire du Championnat de France des Rallyes en catégorie Classiques. Je ne quitterai plus cette place jusqu’à l’issue de la saison 2011.

Figure 4 : Dominique Wils en ouvreur à la Sarthe 2011 (photo Paul Vilcot)

Pas encore remis, Dominique Wils et la Honda XL600R ex Robert Degaudez sont en rodage à la Sarthe et ouvrent la route.

Au Rallye du Var, je fus bien aidé par la casse du moteur de la 1100 GSXR de Nick Ayrton lors de l’étape de jour. Malheureusement, Nick n’aura pas réparé sa GSXR pour le Rallye de la Sarthe. Il disputera l’épreuve sarthoise avec sa 1000 R1 et remportera le scratch du circuit Bugatti dans l’excellent temps de 7’52’’, très près des temps de Nuques 7’44’’ en 2009 ou de Chéreau 7’46’’ en 2010. Un sacré bon pilote, l’anglo-sarthois Nick Ayrton.

 

Figure 5 : Eric Fortin et Papytoum sur le Bugatti (72) le 02 avril 2011 (photo Paul Vilcot)

Au cours du Rallye de la Sarthe avec Eric Fortin, le numéro 258 et son gros flat 1000 cm3, nous roulerons le plus souvent de concert. Sur le circuit Bugatti, Eric Fortin ouvre la route. Sur le routier, c’est Papytoum qui ouvre, sans lecteur de road book, sous le contrôle d’Eric qui le suit.

Figure 6 : Honda XL600R de Robert Degaudez au Rallye de la Sarthe 2011 (photo Paul Vilcot)

Pour la préparation de sa Honda XL600R, Robert Degaudez a opté pour un train arrière de Honda XL600LM : bras oscillant en aluminium (en acier sur la Honda XL600R) et roue arrière tubeless rayonnée.

Après avoir été humilié par Robert Degaudez et sa Honda XL600R sur le circuit Bugatti, je remporterai toutes les spéciales du routier de jour comme de nuit pour rester en tête du Rallye de la Sarthe et du classement provisoire du Championnat de France des Rallyes Classiques 2011.

Figure 7 : Papytoum dans Pont de la Pierre en Corse le 23 avril 2011 (photo digit-photo)

Le Rallye de Corse, auquel je n’avais plus participé depuis le second Rallye de la Cinarca en 1989, m’a rempli de bonheur. Le routier assez court était magnifique. Pas trop de répit sur la boucle si l’on voulait tenir un temps idéal de 60 km/h de moyenne. En réalité, afin de ne pas effaroucher les riverains corses, la moyenne pour le rallye est bien inférieure. La possibilité de reconnaître les spéciales à son aise est aussi un grand plaisir. Je m’en suis donné à cœur joie.

Après une lutte serrée avec François Maestracci qui roule avec une Honda XLV750, je remporte la très belle épreuve corse.

Figure 8 : Honda 750 XLV de François Maestracci

François Maestracci tenait tête aux autres brillants pilotes corses, Pierre-Jean Padovani, Louis Rossi et Joseph Pilo lors des premières spéciales disputées de jour au second Rallye moto de la Cinarca en 1989.

 

Figure 9 : Papytoum dans la spéciale de Saint Bonnet (69) le 14 mai 2011 (photo Paul Vilcot)

Au Rallye du Beaujolais, la lutte devrait être encore plus intéressante. Eric Fortin et son gros flat allemand, Maurice Blanchon et le petit bicylindre deux temps japonais, sont venus rejoindre les Honda XL600R à moteur RFVC.

C’est d’ailleurs Maurice Blanchon qui s’en sort le mieux de jour. Heureusement pour nous, il a un peu plus de mal à y voir bien la nuit.

Malgré tout, je repars du Rallye du Beaujolais avec le maximum de points pour le Championnat Classiques.

Je ne comprendrai jamais ces histoires de points attribués selon la nature de la licence. M’enfin !!!!

Au Rallye de l’Ain, Dominique Wils est venu rejoindre les petits camarades en Classiques avec la vieille Honda XL600R héritée de Robert Degaudez. La machine a dû subir pas mal de révisions depuis 1985.

 

Figure 10 : Papytoum dans le spéciale de Corveissiat (01) le 28 mai 2011 (photo Paul Vilcot)

Très généreux, et pas seulement au guidon, Dominique Wils prend des pénalités au contrôle horaire de Cerdon pour pointage en avance. Histoire sans doute de nous laisser les gros points. Merci Dom !!!

Du coup malgré la victoire de Dominique Wils la nuit, j’engrange encore de bons gros points pour le classement provisoire du Championnat de France des Rallyes en Classiques.

Figure 11 : podium des Classiques au Rallye de l’Ain 2011

Sur le podium des Classiques du Rallye de l’Ain 2011, carton plein des XLR à moteur RFVC. Nous nous y retrouvons, Dominique Wils, Honda XL600R, Robert Degaudez, Honda XL600R, et moi-même, Honda XL600R. Trois anciens du Rallye de la Sarthe 1987 !!!!

Figure 12 : Plaque de course lors de la finale au Rallye du Dourdou en juillet 2011

La manche finale du Championnat de France des Rallyes va se dérouler au Rallye du Dourdou le week-end du 14 juillet 2011.

Le Dourdou est une épreuve magnifique. La région offre des petites routes à foison. Sur ces routes techniques, l’organisation maintenant bien rodée des gens de Villecomtal a mis en place un découpage horaire nécessitant un pilotage soutenu.

 

Figure 13 : Dominique Wils dans la spéciale de Villecomtal (12) le 16 juillet 2011 (photo Francisco Scuderi)

Après des reconnaissances abondantes, du routier comme des 2 spéciales, je parviens enfin à être devant Dominique Wils lorsque nous attaquons les premiers passages dans les spéciales de l’étape de nuit qui débute traditionnellement le Rallye du Dourdou.

De jour, je tenterai sans succès de rester au contact de Dominique Wils dans les spéciales de Villecomtal et de Saint Cyprien.

Figure 14 : Papytoum dans la spéciale de Villecomtal (12) le 16 juillet 2011 (photo Francisco Scuderi)

Dominique gagne haut la main le Rallye du Dourdou. Je remporte le titre de Champion de France des Rallyes 2011 en catégorie Classiques avec la Honda XL600RH à moteur RFVC aux couleurs de ma Honda XL600RD de 1983 !!!

La victoire au Championnat de France Classiques me donnera l’occasion de partager le podium du Championnat des Classiques et Anciennes lors du Salon Moto Légende au Parc de Vincennes en novembre 2011.

 

Figure 15 : Podium des Rallyes Routiers Classiques au Salon Moto Légende le samedi 19 novembre 2011 (photo Raphael Ottavi)

Sous l’œil de Gil Planchon-Tourly, futur président de la Commission Nationale des Rallyes Routiers au sein de la FFM, un beau podium Anciennes et Classiques lors de la remise des prix au Salon Moto Légende de novembre 2011 au Parc de Vincennes : Noël Offrant, un des piliers du Championnat des Anciennes et membre de l’Union Motocycliste de l’Ain, Robert « rob » Degaudez que l’on ne présente plus, Gérard Spagli, multiple vainqueur de la catégorie Anciennes du CFRR, Philippe « papytoum » Thoumelin, Champion Classiques 2011, Rémi Roques et Guy Marchand, deux autres piliers des Championnats Classiques et Anciennes du CFRR.

La saison 2011, pleine de belles satisfactions et d’un réel plaisir de rouler avec la Honda XL600R à moteur RFVC, en appelle certainement d’autres.

A suivre la semaine prochaine, avec notamment la présentation des forces en présence pour l’ouverture de la saison 2014 des Rallyes Routiers en catégorie Classiques au Rallye des Garrigues, les 22 et 23 mars 2014.

Bon week-end à tous.

Philippe « papy toum » Thoumelin

http://www.youtube.com/watch?v=B2OFFsSBPPA

1985 : pluie de titres au Moto Club du Vercors


papytoum

Bonjour à tous,

la saison 1985 a été encore plus prolifique que la précédente pour le Moto Club du Vercors. Aux pilotes de Rallyes Routiers déjà en vue en 1984, Jean-Yves Rivollet, Christian Garnier, Christophe Vidal et Philippe Thoumelin sont venus se joindre Patrick Curtat, Xavier Déforges et Laurent Garnier.

Le président René Pérignon peut être fier de ses troupes.

Figure 1 : Pluie de titres au Moto Club du Vercors (Dauphiné Libéré du 30 janvier 1986)

Les pilotes du Moto Club du Vercors ont trusté tous les titres dans les Championnats de Ligue et du Sud-Est des Rallyes. Patrick Curtat et Xavier Déforges terminent premier et second de la catégorie initiation. Christophe Vidal gagne en 250 et Christian Garnier en 500. Son frère Laurent est premier en 125. Je remporte la catégorie +de 500 devant Jean-Yves Rivollet qui commence à prendre du recul dans les Rallyes Routiers.

Figure 2 : Tracé du Rallye Total Plein Sud 1985 : Castres, St Affrique, Mende, Albi

En octobre 1985, je figurais sur la liste des inscrits du Rallye Total Plein Sud. Mais dans la semaine précédant le rallye, la chance en a décidé autrement. Une chute à moto près de chez moi alors que la Honda XL600R était prête pour le départ, m’a provoqué une fracture du scaphoïde.

Fin de saison et adieu à toutes mes belles espérances. 

Pour participer au Rallye Total Plein Sud, on verra en 1986… 

 

Figure 3 : Classement scratch du Championnat de France des Rallyes 1985 (France Moto octobre 1985)

Dans le Championnat de France des Rallyes, le nordiste Robert Degaudez, auteur d’une saison régulière aux avants postes, obtient le titre de Champion de France des Rallyes 1985 au guidon de la Honda XL600R à moteur RFVC.

Il a bien fait de persévérer le pilote nordiste car en 1985 il a fini par venir à bout de la meute des pilotes du Club Motocycliste de la Police Nationale (CMPN) qui trustaient les podiums du Championnat de France des Rallyes les années précédentes.

Figure 4 : Honda XL600R de Robert Degaudez au Rallye du Languedoc 1985

Pour la saison 1986, il va falloir que je m’inspire de certaines des solutions de la Honda XL600R du Champion de France des Rallyes Robert Degaudez notamment les pneus de course sur roue avant de 18 et aussi le moteur….

A demain

Papytoum

1985 : première année de licence FFM au Moto Club du Vercors


papytoum

Bonjour à tous,

début 1985, l’état de santé est bon. Je vais pouvoir me lancer sans arrière-pensée dans une nouvelle saison de Rallyes Routiers au guidon de la Honda XL600R à moteur RFVC.

Figure 1 : Fiche de contrôle médico sportif en début de saison 1985

C’est muni d’une licence nationale FFM Régularité, Trial, Enduro prise au Moto Club du Vercors que je vais désormais participer aux Rallyes Routiers.

 

Figure 2 : Première licence FFM prise au Moto Club du Vercors en 1985

Avec les pilotes du Moto Club du Vercors, Christophe Vidal, Christian Garnier et le renfort de Xavier Déforges, nous nous concentrerons sur les épreuves de la région Sud-Est comme lors de la saison 1984.

L’édition mémorable du Rallye de l’Ain des 16 et 17 mars 1985, qui ne comptait pas pour le Championnat de France des Rallyes, fait l’objet d’un article sympa sur le site Moto Station (Par Pierrot Incognito et Hervé Morard ; photos Pierrot, Hervé Morard et Philippe Legendre).

http://www.moto-station.com/article1793-70eme-rallye-de-l_ain-la-belle-histoire-continue-.html

C’est vrai qu’elle fut épique cette édition du Rallye de l’Ain. Partis de Bourg en Bresse (01) sans la neige, nous devions la trouver dès les premières montées au-delà du Cerdon. Les pieds bien au sol pour tenir tant bien que mal la XLR sur ses roues, nous avons cheminé difficilement dans la neige malgré les pneus Michelin T61. La neige était bien présente pendant des dizaines de kilomètres jusqu’à Hauteville puis le Grand Abergement en direction de Maillat. Dire que je n’avais pas pensé à prendre les chaines pour moto que je m’étais fabriquées pour rouler vers chez moi en hiver.

Dans les conditions enneigées du Rallye de l’Ain 1985, la vieille 500 XT de Jean-Louis Staelens plus basse se révèle être un meilleur choix que ma nouvelle Honda XL600R un peu trop haut perchée.

 

Figure 3 : Classement scratch du Rallye du Beaujolais 1985 (Lettre FFM du 14 mai 1985)

Au 24ème Rallye du Beaujolais, avec une Honda XL600R inchangée au plan mécanique et toujours chaussée des pneus Michelin T61, je parviendrai à rejoindre dans le classement des pilotes habitués du Championnat de France des Rallyes. Les conditions de ce rallye ont été épouvantables la nuit. Pascal Véricel, le local de l’étape, sera le seul à pointer à zéro partout dans le brouillard épais de la vallée de l’Azergues.

  

Figure 4 : Plaque de course du Rallye International de l’Ardèche 1985

Au départ de Vals les Bains (07) les 15 et 16 juin 1985, Daniel Martin a vu les choses en grand pour le Rallye International de l’Ardèche. La boucle à parcourir est de 275 km. Elle comporte pas moins de 16 contrôles horaires. 

Grâce à mes reconnaissances du routier le week-end précédant celui du rallye, je parviendrai à me hisser à la 4ème place du scratch du Rallye International de l’Ardèche comptant pour le Championnat de France des Rallyes Routiers. De bon augure pour la suite de ma participation à ce Championnat….

 

Figure 5 : Classements du Rallye International de l’Ardèche 1985 (Lettre FFM du 19 juin 1985)

Le 3ème Rallye du Vercors, organisé et tracé par Jean-Yves Rivollet et le Moto Club du Vercors, comporte une grande boucle de 300 km au départ de Varces (38). Les spéciales à disputer sont celles du col de l’Arzelier, de Cossey-Le Peuil et de Gresse en Vercors (38). Après un passage dans la Drôme via le col de Menée, la boucle nous ramène à Varces par le col du Rousset et une longue traversée du massif du Vercors.

Sur cette épreuve hors du Championnat de France des Rallyes, remportée par Thierry Hardy, je vais finir juste devant Jean-Yves. Nouveau résultat encourageant pour moi.

Figure 6 : Rallye du Vercors 1985 (Dauphiné Libéré du 03 juin 1985)

Le Rallye du Languedoc, les 08 et 09 septembre, sera la troisième épreuve de Championnat de France des Rallyes à laquelle je participerai en 1985.

La boucle de 250 km part d’Agde (34), siège de l’Agathe Moto Club, un des clubs organisateurs, et fait étape à Bédarieux (34).

Figure 7 : Dans la « spéciale » de Valmascle au Rallye du Languedoc en septembre 1985

En spéciale lors de ce Rallye Routier, qui est déjà le onzième rallye auquel je participe, mon style est typique de la conduite des trails. Sur les petites routes goudronnées, le pneu Michelin T61 montre ses limites. Les pneumatiques à profil routier que nous utilisons actuellement sur nos trails 600 cm3 sont mieux adaptés à la conduite sportive dans les « spéciales » des Rallyes Routiers.

 

Figure 8 : Beau podium au Rallye du Languedoc 1985

Au 2ème Rallye du Languedoc, le dimanche 09 septembre 1985, il régnait une ambiance de vacances autour du podium de cette belle finale du Championnat de France des Rallyes 1985.

Mes enfants nous y avaient rejoints. Avant leur retour en classe, nous venions de passer quelques jours en famille à côté d’Agde. Lieu de vacances idéal pour que je puisse reconnaître le parcours et les spéciales du Rallye du Languedoc.

A demain

Papytoum