Etape 8 : San Michele – Pergusa – Termini Imerese – Palermo

C’était la grasse matinée pour la plupart des groupes qui avaient visité Caltagirone la veille. Nous avons donc passé la première à 11 heures pour rejoindre Pergusa et prendre le déjeuner.

Rencontre inattendue avec Patrick, parrain Di Corleone Di Mecanica.

La route pour entrer dans la région de Palerme serpente entre des collines à une altitude comprise entre 400 et 800 mètres, une température idéale pour rouler en moto.

Ouvreur du groupe des mauves, Arnaud est fatigué de son BMW GS, il essaye un nouveau moyen de locomotion, peut-être un peu moins lourd que son allemande habituelle. Pourra-t-il enfin poser le genou comme les grands pilotes sur circuit ?

Un peu partout dans les champs et sur les bords de route, le feu est utilisé pour nettoyer des mauvaises herbes.

Certaines portions de route ne sont plus entretenues. Heureusement elles sont encore praticables avec toutes les motos à condition de bien choisir sa trajectoire et de rouler à vitesse modérée.

Nous rejoignons la mer à Termini Imerese, puis Palermo par la belle route côtière. Rendez-vous à 20h sur le port, pour larguer les amarres à 23h en direction de Genova.

Compagnon indispensables des ouvreurs, le Tripy et la carte permettent normalement d’arriver à destination tout en suivant la route programmée.

L’édition 2014 de la Rando MotoMag Sicile est terminée. Nous débarquons à Palermo à 18 h 30. En raison de l’heure tardive d’arrivée, un hôtel est réservé. Ce sera la dernière nuit avant le retour de chacun. Certains rentreront par l’autoroute, d’autres passeront par les Alpes et quelques cols histoire de bien finir ces deux semaines de vacances.

4 réflexions au sujet de « Etape 8 : San Michele – Pergusa – Termini Imerese – Palermo »

  1. ancien du groupe des bleus de la sardaigne , je vous ai envié pour ce nouveau périple qui avait l’air encore mieux que l’an passé , bonjour Véronique et Christian, Corinne et didier , je vous est vu , dites pas non

  2. Je découvre enfin ce blog qui me restitue le souvenir ému de ces quelques jours de rando dans la communauté des motardus sympathus.
    Je compte les jours pour celle de septembre 2015, whatever et wherever, pour retrouver les gentils motards et leurs gentils ouvreurs. Sans oublier Jean-Marc, le grand trochanter de l’organisation de cette échappée belle.

Laisser un commentaire