MotoMag dans les Balkans : Jour 04, Le Tyrol

ON L’APPELAIT DÉSIRÉE !

Désirée en effet, elle l’était, cette première journée de roulage sans pluie.

Le premier coup d’oeil par la fenêtre est souvent un révélateur, en ce qui concerne la journée d’un motard en goguette. Et bien ce matin, ce premier coup d’oeil matinal, il file la banane : on a enfin du bleu en ligne d’horizon. YYYYYYYEEEEEESSSSSSSSS !!!!!!!!!!

Les groupes se reforment lorsque les motards hébergés dans l’hôtel des « solo » retrouvent ceux en couples à leur hôtel. Au revoir Bolzano, à nous la montagne !

A peine extraits de la ville, nous attaquons les lacets, et, rapidement, gagnons les hauteurs par des petites routes typiques des paysages Tyroliens, aussi exiguës que géniales à rouler.

©G. de CROP/Motomagazine

Pour qui aime le chemin des écoliers ou les routes pittoresques, les itinéraires que nous parcourrons la journée durant, sont un appel permanent à faire le grand écart entre la promenade bucolique matinée de régalade visuelle, et le plaisir du pilotage d’un deux roues en milieu « je débranche tout ».

A flanc de montagne, surveillés par la masse des sommets des Dolomites (c’est pas comme les stalag ? Y’a pas les « mites » qui montent, et les « tites » qui tombent?), nous nous enfonçons plus avant dans le cœur du Tyrol.

©G. de CROP/Motomagazine

Ca tournicote dur, et on tricote du sélecteur. Mais quel plaisir de pouvoir prendre de l’angle et de « jouer » un peu, après ces deux jours de pluie, d’adhérence précaire et de conduite sur des œufs (Isa from Sicilia, on pense à toi et on t’embrasse!).

Les groupes se doublent et se repassent en fonction des pauses panoramas, des arrêts rafraîchissement et des haltes photos, maintenant que la météo donne l’envie de prendre son temps.

Le repas du midi est assuré dans un cadre superbe, dans une auberge nichée dans les hauteurs, l’Oberegger Alm, avec des paysages étourdissants de beauté et des spécialités locales fort prisées par la troupe.

©G. de CROP/Motomagazine

©G. de CROP/Motomagazine

©G. de CROP/Motomagazine

Départs échelonnés, comme de tradition, malgré une incitation à la digestion sur place, les fesses dans le gazon, les yeux perdus dans les sommets des Dolomites (Jacky, réveille toi !).

Et c’est reparti pour un tour de manège, sous le soleil !

Routes qui serpentent, trafic limité, bonne adhérence, autant de facteurs pour goûter sans retenue aux plaisirs du deux roues.

Les km défilent avec un enthousiasme non feint, et le passage de l’ex poste frontière autrichien ne change rien à l’affaire : italien ou autrichien, le Tyrol à moto c’est du bonheur en barre !

La preuve en est, c’est que nous ne sommes pas les seuls, et que c’est par paquets que souvent nous croisons des motards de tout poil.

©G. de CROP/Motomagazine

Puis, nous redescendons dans la vallée, à une soixantaine de km de notre but du jour, Villach. Les nuages jusqu’ici oubliés refont leur apparition, et une halte permet à tout le monde de s’équiper.

©G. de CROP/Motomagazine

Heureusement, nous filons plein cap vers le soleil, et après quelques dizaines de km placés sous le signe de l’humidité, tout le monde retrouve le soleil à quelques encablures de Villach et de l’hôtel Globo Piazza, terme de notre étape du jour.

Pas de chute ou d’incident majeur à déplorer ce jour, malgré un terrain de jeu pourtant incitatif, et tout le monde s’en porte pas plus mal.

2 réflexions au sujet de « MotoMag dans les Balkans : Jour 04, Le Tyrol »

  1. Bonjour Arno!
    Tu écris toujours aussi bien mais voilà trois jours qu’on reste bloqué à J4: vous ramassez des myrtilles ou quoi??!
    En tout cas, amitiés à tous et bonne balade!
    Olivier, toujours en Versys

Laisser un commentaire